Le lundi 20 janvier, un groupe armé terroriste a fait irruption sur le marché de Nagraogo, au Burkina Faso, tuant 32 civils et en a abattu quatre autres près d’Alamou, a fait savoir le gouvernement de ce pays africain.

Trente-six civils ont été tués et trois blessés lundi 20 janvier lors d’une attaque contre des villages de la province du Sanmatenga, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé le lendemain le gouvernement.

«Le gouvernement burkinabè a appris avec consternation et indignation, la mort de 36 Burkinabè dans la province du Sanmatenga, suite à une attaque terroriste», a indiqué le ministre de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou, dans un communiqué.

«Le lundi 20 janvier 2020, un groupe armé terroriste a fait irruption dans le marché de Nagraogo, y a abattu 32 de nos concitoyens, brûlé le marché et, dans son repli, [en] a abattu quatre autres au niveau du village d’Alamou. Cette attaque a également fait trois blessés».

Face à ces «attaques répétées» contre les populations, le gouvernement a lancé un appel à une «franche collaboration avec les Forces de défense et de sécurité et au renforcement de la solidarité entre Burkinabè».Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger, est confronté à des attaques djihadistes, qui ont fait plus de 750 morts et 560.000 déplacés depuis 2015, rappelle l’AFP.

MaliwebAfrique
Le lundi 20 janvier, un groupe armé terroriste a fait irruption sur le marché de Nagraogo, au Burkina Faso, tuant 32 civils et en a abattu quatre autres près d'Alamou, a fait savoir le gouvernement de ce pays africain. Trente-six civils ont été tués et trois blessés lundi 20 janvier...