AN 61 de la révolution marocaine : Maturité pour être dans le concert des pays émergents

25/08/2014 03:04

Le Maroc a pris son envol suite aux différentes avancées positives constatées dans divers domaines de développement socio-économique, politique, culturel, etc. Un constat fait par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans son discours à la Nation lors du 61ème anniversaire de la révolution marocaine. Occasion pour le Roi de passer au peigne fin les stratégies sectorielles et leurs résultats concerts qui ont beaucoup contribué à la mise en application de la vision royale pour le repositionnement de l’économie nationale.

 Roi Mohammed6 MAROC

Le Royaume du Maroc a célébré avec brio le 61ème anniversaire de la révolution du Roi et du peuple. Occasion pour Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dans son discours à la Nation, de dresser le tableau élogieux d’un pays dont les avancées positives accumulées en matière de capitalisation lui permettent d’être dans le concert des pays émergents. Une réussite d’ailleurs axée sur les ressources humaines.

Au cours des quinze dernières années, sous la clairvoyance de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc s’est montré plus engagé pour prendre un nouveau départ dans la construction du pays. Cela s’est matérialisé par la mise en œuvre de plusieurs réformes politiques et institutionnelles. Ces réformes ont permis au royaume de booster l’économie du pays à un niveau considérable dont il n’a rien à envier aux pays dits émergents.

Dans son intervention, le Roi Mohammed VI a dressé le bilan des différentes stratégies sectorielles qui ont contribué et facilité la mise en œuvre de sa vision globale. Une vision à la base du repositionnement de l’économie marocaine sur le plan régional et mondial.

Aujourd’hui, le développement du Maroc a atteint l’âge de maturité.

Pour maintenir cet équilibre, le Roi Mohammed VI envisage la mise en place des groupes forts et des entreprises puissantes afin de doter le pays des ressources humaines de qualité, socle de tout développement. Car, sans les ressources humaines efficaces, la bonne gouvernance, l’appareil judiciaire et l’administration restent cloués au sol. Cette stratégie ressort de la responsabilité de tous les Marocains pour le renforcement du rôle capital de l’Etat dans le cadre de régulation et d’organisation engagées avec audace au sein des grandes réformes, surtout en matière de régimes de retraite et de fiscalité. Aussi, une attention particulière règne sur l’application des règles de bonne gouvernance dans tous les secteurs.

Dans le développement du pays, les organisations syndicales ont joué aussi un grand rôle au cours des 15 dernières années, dans la consolidation de la paix sociale par la défense des intérêts sociaux et économique de la classe ouvrière. Celles-ci doivent continuer sur cette lancée tout en remplissant leurs obligations nationales qui leur échappent surtout en matière d’édification, de réforme et de consolidation de la paix sociale.

La santé, l’éducation, la culture sont, entre autres, des domaines qui ont occupé une place importante dans la mise en œuvre des chantiers de développement du Royaume du Maroc.

A travers ces différents secteurs, les jeunes, étant l’avenir du pays, ont joué pleinement leur partition dans l’avancée du Maroc vers les pays émergents. Pour preuve, le développement de certains pays émergent s’est manifesté à travers l’écart d’âge entre les couches sociales.

Et aujourd’hui, le souhait le plus ardent du Roi Mohammed VI est de coller le développement du pays à l’amélioration des conditions de vie des Marocaines et des Marocains. Cela, pour barrer la route à l’illégalité. Que les riches ne continuent pas de s’enrichir et que les pauvres ne s’appauvrissent pas davantage. D’où la naissance des programmes et de l’initiative nationale pour le Développement humain. Une expérience réussie d’ailleurs avec brio par beaucoup de pays car prenant en compte le volet social des plans sectoriels.

Sursaut d’orgueil chez les Marocains qui sont prêts aujourd’hui à gagner le pari pour s’illustrer dans les rangs des pays émergent vu les nombreuses ressources que possèdent le pays.

B.Koné

SOURCE: Le Malien  du   25 août 2014.

Comments are closed

Other News

  • Economie Politique

    Douane : quand Madiou Simpara et Bah Seydou Sylla parrainent la candidature de Modibo Kane Keïta pour le poste de directeur général

    C’est connu : le départ du directeur général de la douane est acquis au plus haut sommet de l’Etat. Surtout, après les contre-performances enregistrées, depuis plus de six mois, dans le recouvrement des droits et taxes au cordon douanier. Un exemple : les containers, censés payer 8 millions CFA comme droits de douane, ne payent plus que 3 millions CFA. Du moins, si l’on en croit de hauts cadres de la douane. C’est pour perpétuer ces pratiques, que des opérateurs économiques remuent […]

    Read more →
  • Société

    Axe Bamako-Koulikoro : L’usager à ses risques et périls

    La route Bamako-Koulikoro est depuis des années une préoccupation majeure des usagers. Elle représente pour eux un danger permanent. Vingt-une personnes tuées et plus de 360 autres blessées ont été recensés dans les accidents sur cet axe.   Les populations de Koulikoro souffrent du manque d’infrastructures routières reliant Bamako à la Cité du Méguétan. Long de soixantaine de kilomètres, le trajet entre les deux villes est un véritable danger pour les usagers non seulement à cause des camions bennes, mais […]

    Read more →
  • Santé

    Hôpitaux : Le CHU-Point G à l’heure des réformes

    Le Centre hospitalier universitaire du Point G est en pleine mutation, à travers des projets  innovants pour rendre plus attrayante cette structure sanitaire de référence dans la sous-région. La réforme va de l’introduction de services de chirurgie thoracique aux mesures d’hygiène pour la satisfaction des patients. Le CHU-Point G, de plus en plus se dirige vers l’excellence en matière de gestion hospitalière. Les dirigeants de cette structure, dans une symphonie achevée, s’activent à améliorer le cadre de vie. Pour ce […]

    Read more →
  • Faits divers

    Affaire de couple : L’Inspecteur Ousseyni Diarra complice d’un divorce de couple

    L’affaire dont il s’agit concerne le couple Famoudou Keita, son épouse Mme Nah Keita et l’inspecteur de police  M. Ousseyni Diarra. Elle est relative par rapport à une concurrence déloyale que le sieur Inspecteur de police aura orchestré entre Monsieur et Madame. Dans la gestion d’un foyer toutes les méthodes sont permises, pour pouvoir générer des ressources au profit d’une bonne marche de leur couple. C’est l’idéal qu’avait poussé M. Famoudou Keita a  confié la gérance de son kiosque à sa […]

    Read more →
  • Education

    Enseignement secondaire : Les exigences de la ministre de l’Education

    C’est désormais la guerre ouverte entre le ministère de l’Education et les promoteurs  d’écoles privées. S’il est vrai que le développement d’un pays repose sur ces ressources humaines, encore faudrait-il que celles-ci soient bien formées.  Le partenariat public/privé auquel aspire notre gouvernement est loin être une réalité. Le mal semble trop profond. En effet, c’est devenu une tradition au Mali que tout le monde regarde le mal sans dire mot et c’est quand ça se gâte, qu’on fait le surpris. […]

    Read more →
  • Politique

    Investigations judiciaires : Le Parquet général se saisit de la surfacturation

    Après la publication du rapport de la Section des comptes de la Cour suprême, qui a permis une mise en scène de la gestion mafieuse dans l’achat de l’aéronef présidentiel et des équipements et matériels militaires, le procureur général près de la Cour d’appel de Bamako vient de saisir le Tribunal de première instance de la Commune III pour un traitement diligent sur les troublantes révélations sur les deux marchés. La lettre est partie mercredi dernier.   Un pas vient […]

    Read more →
  • Société

    La mendicité : Un phénomène qui prend de l’ampleur

    Loin de nous l’idée de stigmatiser cette couche de la population, nous voulons  attirer l’attention des décideurs sur leur condition de vie. Nous allons dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas : La mendicité est devenue un problème qui mérite une solution adéquate très rapidement.   Par définition, c’est l’action de mendier, c’est-à-dire demander de l’aumône. Il ne s’agit pas de la  ZAKAT qui est l’impôt sur la fortune et un des cinq piliers de l’Islam, mais […]

    Read more →
  • Société

    Cité de la presse : L’ASSEP tient parole : Les premiers coups de pioche ont été donnes hier

    Lors  de notre avant dernière parution, nous avions évoqué la remise de 30 millions de F CFA à l’Association des Editeurs de la Presse Privée du Mali (ASSEP) par le premier ministre Moussa Mara dans le cadre de l’assainissement de la cité de la presse à Banakanbougou.   Et donc, l’ASSEP vient de tenir parole en engageant une entreprise de la place pour vider le site des tas d’ordures qui empêchaient aux directeurs de publication de mettre en valeur leurs parcelles […]

    Read more →