à l’occasion du 65è anniversaire de la Révolution algérienne du 1er novembre 1954, l’ambassadeur d’Algérie au Mali, Boualem Chebihi, a organisé une réception vendredi dernier à sa résidence sise à Daoudabougou.
L’évènement a réuni autour du couple Chebihi, plusieurs membres du gouvernement dont le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiébilé Dramé, un parterre d’ambassadeurs et des responsables d’organisations internationales présents au Mali ainsi que de nombreux invités.


Après l’exécution des hymnes nationaux des deux pays, l’ambassadeur Boualem Chebihi a rappelé que 2019 est une année charnière pour son pays. Car, selon lui, elle verra la tenue de l’élection présidentielle pour laquelle le corps électoral a déjà été convoqué pour le 12 décembre prochain. « Le Mali frère vit aussi une étape importante de son histoire contemporaine avec de grands défis à relever. Quelles que soient les circonstances, l’Algérie restera aux cotés de son voisin malien», a assuré le diplomate algérien.

En outre, Boualem Chebihi s’est félicité de la coopération riche et prometteuse entre les deux pays qui ne cesse de se développer au fil du temps, s’exprimant dans différents domaines : politique, diplomatique, sécuritaire, militaire, économique, social et culturel. à ce propos, il a promis que le gouvernement algérien continuera à soutenir la démarche empruntée par le Mali, sous la direction du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta pour le retour de la paix et la sécurité dans les régions septentrionales. Dans cet esprit, a poursuivi l’ambassadeur, « l’Algérie n’a jamais épargné son effort et son engagement à son voisin malien pour consolider les précieux acquis obtenus dans le cadre du processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger ». Cela, précisera le diplomate, pour permettre aux Maliens de recueillir les dividendes de la paix et de la réconciliation tant attendues.

Prenant la parole, le chef de la diplomatie malienne a adressé les vœux fraternels et d’amitié du peule malien à l’ambassadeur Chebihi et aux Algériens vivants au Mali, à l’occasion du 65è anniversaire du 1er novembre 1954. Depuis la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation, a rappelé Tiébilé Dramé, le Mali et l’Algérie ont un comité bilatéral stratégique qui est la locomotive de la relation entre les deux pays. « Une locomotive qui nous permet ensemble de voir comment l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale avance », a-t-il expliqué.
Cet Accord, a soutenu le ministre Dramé, consacre la reconnaissance de l’intégrité territoriale du Mali, l’unité nationale, la forme laïque et républicaine de l’état. Il en est de même pour le respect du drapeau national, de l’hymne national pour tous les signataires de l’Accord. Avant d’exprimer son bonheur à l’égard du renfort que la cause du Mali a reçu à Paris il y a quelques jours, quand le président Emmanuel Macron a déclaré que pour la France « Kidal c’est le Mali, Kidal c’est le drapeau national, Kidal c’est le retour de l’administration malienne ». En effet, pour le ministre Dramé, c’est vers cela que tous les efforts des Maliens, des Algériens et de la communauté internationale sont aujourd’hui tournés. Pour le patron de la diplomatie malienne, la stabilité du Mali, c’est la stabilité de l’Algérie et vice versa.
Aboubacar TRAORÉ

Source: L’Essor-Mali

MaliwebAfrique
à l’occasion du 65è anniversaire de la Révolution algérienne du 1er novembre 1954, l’ambassadeur d’Algérie au Mali, Boualem Chebihi, a organisé une réception vendredi dernier à sa résidence sise à Daoudabougou. L’évènement a réuni autour du couple Chebihi, plusieurs membres du gouvernement dont le ministre des Affaires étrangères et de...