«De tous les pays qui sont engagés à nos côtés dans la lutte contre le terrorisme, la France est le pays qui consent le plus de sacrifices. Ce sont 53 jeunes Français qui sont morts au Mali. Moi, je suis sûr que le jour où les Français plieront bagage à Gao, ce sera le chaos ! Les gens de Gao le savent de toute façon. Je suis totalement désolé de la campagne qui est menée contre eux. Je veux que les Français soient forts, parce qu’ils ont, avec cet espace du Sahel, une histoire singulière…  ».   Ces propos irrespectueux et irresponsables contre les Etats  du Sahel, en l’occurrence le Mali,  sont encore  du  chef d’Etat nigérien.

 

Mais point de surprise !  Notamment,  lorsque Mohamed Bazoum, ne compte que la cinquantaine de soldats tués au Mali, en faisant exprès d’ignorer  que ce sont aussi et surtout des milliers  de soldats maliens et de populations civiles innocentes qui sont morts dans cette guerre sans fin contre le terrorisme  au Sahel.  Que sont des dizaines de  villages maliens du centre du pays, en dépit de la présence de Barkhane avec des moyens logistiques de dernière génération,  qui sont aujourd’hui  rayés de la carte. Qu’au centre du Mali que ce sont des milliers d’enfants qui ne peuvent plus aller à l’école, etc.  Il manquerait d’honnêteté. Mais le chef d’Etat nigérien n’est-il pas dans son mauvais rôle ?

Depuis sa prise de fonction, sa position sur les questions  sahéliennes est  calquée sur celle de l’Elysée. En raison de cela,  il n’a de cesse de démontrer par son allégeance à la France qu’il est un laquais de l’Elysée. Mais désormais,  par ses propos irrespectueux et paternalistes sur le Mali,  il n’y a plus de doute que Bazoum  est  aussi le  Judas  de la cause  sahélienne. D’autant que, au lieu de défendre les intérêts des Etats sahéliens, il a délibérément choisi  de  se mettre  au service de son maître de l’Elysée : pour  vanter les mérites de l’armée française au Mali.  Pour  vilipender  l’armée malienne. Pour ignorer la triste réalité que vivent les populations maliennes, en l’occurrence celles du centre !  Pour faire fi de l’échec de l’opération Barkhane au Mali !

Mais fort heureusement les populations maliennes, en seules maîtresses de leur destin, sont plus que jamais convaincues que la présence de Barkhane  dans leur pays a montré toutes ses limites. D’autant qu’elle n’est pas arrivée à lutter efficacement contre le terrorisme. Lequel a, au contraire, pris plus  d’ampleur  pour s’appuyer sur  des communautés ethniques nationales (vivant naguère en bonne intelligence)  afin de les  mettre en conflit. D’où la survenue  de nombreuses  attaques et représailles meurtrières entre elles.  Ainsi, à Bamako comme dans les autres pays du Sahel, notamment au Niger, se tiennent constamment  des manifestations pour dénoncer la présence militaire française.

Bazoum  a donc  intérêt à se raviser  sur sa position au Mali. Sa prophétie de malheur ne verra  certainement pas le jour au Mali. Car, si jamais l’armée française  se retirait du Mali, Gao ne serait  pas dans un chaos.  D’autant que les autorités maliennes sont certainement plus responsables que lui. Elles savent,  mieux que quiconque,  ce qui est bien pour leur pays. Que le chef d’Etat nigérien  s’occupe  donc de son pays, le Niger,  où beaucoup l’attendent !

Gaoussou Madani Traoré

Source : Le Challenger

MaliwebAfrique
«De tous les pays qui sont engagés à nos côtés dans la lutte contre le terrorisme, la France est le pays qui consent le plus de sacrifices. Ce sont 53 jeunes Français qui sont morts au Mali. Moi, je suis sûr que le jour où les Français plieront bagage...