Le Mouvement de la société pour la paix, principal parti islamiste algérien, a décidé de se présenter à l’élection présidentielle du 18 avril prochain alors qu’il avait soutenu le président sortant Abdelaziz Bouteflika.

«Le conseil consultatif a décidé à la majorité écrasante de participer à l’élection présidentielle et de présenter le Dr Abderrazak Makri comme candidat du parti», a indiqué son responsable de la communication Abdellah Bouadji à l’AFP. Représentant des islamistes modérés, le MSP, Le Mouvement de la société pour la paix, faisait partie d’une alliance au pouvoir, avant de suivre son propre chemin en 2012.

Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, est à la tête de l’Algérie depuis 1999 et son mandat expire le 28 avril prochain. Son camp le pousse  depuis plusieurs mois à se représenter pour un cinquième mandat, et plusieurs responsables politiques  dont le chef du Front de libération nationale, FLN parti aupouvoir,, Djamel Ould Abbes, a déclaré que M. Bouteflika se présenterait pour un cinquième mandat. Mais Bouteflika lui même n’a pour l’heure pas fait part de ses intentions et il dispose d’un délai jusqu’au 3 mars à minuit pour se décider.

Bouteflika qui utilise un fauteuil roulant depuis son AVC en 2013 apparait très rarement en public.

Le ministère de l’intérieur a annoncé que 101 personnes souhaitaient être candidates à l’élection présidentielle fixée au 18 avril mais plusieurs parti important semble décidé à boycotté une élection qu’ils considèrent comme truqué d’avance et le parti des forces socialistes a annoncé qu’il ne présenterait pas de candidat alors que Louisa Hanoune, la responsable du Parti des travailleurs, hésite encore à suivre cet exemple.

En Algérie plus de 40% des 41 millions d’habitants ont moins de 25 ans et nombre d’entre eux ne connaissent aucun autre dirigeant que Bouteflika qui représente la paix et la stabilité à défaut des réformes politiques.

MaliwebAfrique
Le Mouvement de la société pour la paix, principal parti islamiste algérien, a décidé de se présenter à l’élection présidentielle du 18 avril prochain alors qu’il avait soutenu le président sortant Abdelaziz Bouteflika. «Le conseil consultatif a décidé à la majorité écrasante de participer à l’élection présidentielle et de présenter...