Des milliers de personnes ont manifesté à Alger pour le 31e vendredi consécutif de mobilisation malgré un important déploiement des forces de l’ordre et quelques jours après l’annonce d’une présidentielle en décembre, un scrutin rejeté par le mouvement de contestation.

Ce mouvement exclut toute élection d’un successeur à Abdelaziz Bouteflika, poussé à la démission en avril sous la pression conjuguée de la rue et de l’armée, sans un départ préalable du « système » au pouvoir depuis deux décennies.

Si en début d’après-midi – quand commencent habituellement des manifestations –les rues de la capitale algérienne étaient quasiment vides, elles se sont remplies au fur et à mesure, et des milliers de personnes s’étaient retrouvées dans les rues d’Alger en milieu d’après-midi.

« Le peuple ne s’arrêtera pas »

« Le peuple veut renverser Gaïd Salah », « Mettez-nous tous en prison », « Le peuple ne s’arrêtera pas », ont-ils scandé, en référence à Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée et véritable homme fort du pays.

Avant le début de la manifestation, des photographes de l’AFP ont vu des membres des forces de l’ordre arrêter plusieurs manifestants à proximité de la place de la Grande Poste, point de rassemblement phare du mouvement de contestation, dans le centre-ville.

La police a multiplié ces dernières semaines les arrestations à Alger avant le début des manifestations hebdomadaires du vendredi. Trois figures de proue de la contestation ont été arrêtées récemment en l’espace d’une semaine.

Source: jeuneafrique
MaliwebAfrique
Des milliers de personnes ont manifesté à Alger pour le 31e vendredi consécutif de mobilisation malgré un important déploiement des forces de l'ordre et quelques jours après l'annonce d'une présidentielle en décembre, un scrutin rejeté par le mouvement de contestation. Ce mouvement exclut toute élection d’un successeur à Abdelaziz Bouteflika,...