Preuve d’une diplomatie active, mais surtout de la reconnaissance de l’appartenance du Sahara marocain au Royaume, l’ouverture de consulats généraux de pays africains au sud du Sahara se multiplie à Laâyoune et à Dakhla, les deux grandes agglomérations du Sud du Maroc. Le week-end dernier, trois nouveaux Consulats généraux ont été inaugurés à Dakhla, complétant à douze le nombre de représentations diplomatiques africaines de ce niveau dans le Sahara marocain. Et trois autres pays ont procédé, en début de semaine, à l’inauguration de leurs Consulats. Il s’agit de l’Union des Comores, du Royaume d’Eswatini et de la République de la Zambie. Ce qui fait un total de quinze pays ayant ouvert leur Consulat à Laâyoune ou Dakhla, au Sud du Royaume du Maroc.    

La République de Guinée équatoriale a ouvert, le vendredi 23 octobre 2020, un consulat général à Dakhla. La cérémonie d’inauguration de ce Consulat a été coprésidée par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et son homologue équato-guinéen, Siméon Oyono Esono Angue. Il s’agit de la 7e représentation consulaire inaugurée à Dakhla en 2020, après le Consulat général de Gambie, ouvert le 7 janvier dernier, le Consulat général de la Guinée, qui a commencé à offrir ses services le 17 du même mois, le Consulat général de la République de Djibouti (28 février), le Consulat général de la République du Liberia (12 mars), le Consulat général du Burkina Faso et le Consulat général de la République de Guinée-Bissau, inaugurés ce vendredi.

C’est ce même vendredi également que la République de Guinée-Bissau a ouvert son Consulat général à Dakhla. La cérémonie d’inauguration de ce consulat a été coprésidée par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et son homologue bissau-guinéenne, Mme Suzi Carla Barbosa. Il s’agit de la 6e représentation consulaire inaugurée à Dakhla en 2020, après le consulat général de Gambie, ouvert le 7 janvier dernier, le Consulat général de la Guinée, qui a commencé à offrir ses services le 17 du même mois, le Consulat général de la République de Djibouti (28 février), le consulat général de la République du Liberia (12 mars) et le Consulat général du Burkina Faso inauguré ce vendredi.

L’ouverture d’un Consulat général du Burkina Faso à Dakhla est en conformité avec sa position de soutien à la marocanité du Sahara, toujours exprimée dans les fora et forums régionaux et internationaux, a affirmé, vendredi à Dakhla, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Cette décision renferme plusieurs significations juridique, politique et diplomatique, en ce qui concerne le renforcement de la dynamique de soutien à la marocanité du Sahara et le renouvellement du soutien absolu des revendications légitimes du Royaume sur cette partie de son territoire, a souligné M. Bourita lors d’un point de presse conjoint avec son homologue burkinabè, M. Alpha Barry, tenu à l’issue de la cérémonie d’inauguration du consulat général du Burkina Faso à Dakhla.

Il a aussi mis en exergue la solidité des relations bilatérales et les concertations politiques permanentes entre les deux pays sur plusieurs questions régionales et internationales, avec le soutien fort de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son Excellence le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré. M. Bourita a aussi signalé que l’inauguration de cette représentation consulaire contribuera également au renforcement de la coopération économique entre les deux pays, en cohérence avec la place de choix que le Souverain accorde à la ville de Dakhla en tant que locomotive économique étant donné qu’elle constitue un véritable trait d’union entre le Maroc et sa profondeur africaine.

En début de semaine, trois autres pays ont procédé à l’inauguration de leurs consulats à Laâyoune ou Dakhla, au Sud du Royaume du Maroc. Il s’agit de l’Union des Comores, du Royaume d’Eswatini et de la République de Zambie. Le ton a été d’abord donné par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de l’Union des Comores, Dhoihir Dhoulkamal d’inaugurer le consulat de son pays en présence du ministre des Affaires étrangères du Maroc, Nasser Bourita.

Ensuite, ce fut le tour du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Royaume d’Eswatini, Thulisile Dladla et du Secrétaire général du ministre des Affaires Etrangères de la Zambie, Chalwe Lombe de procéder à l’inauguration de leurs consulats.

Aux dires du ministre marocain Nasser Bourita, l’inauguration des antennes consulaires d’Eswatini et de la Zambie s’inscrit dans le cadre de la politique africaine du Souverain et de son ouverture sur la région d’Afrique australe, rappelant, à cet égard, la visite effectuée en février 2017 par du Roi Mohammed VI, en République de Zambie. Cette visite a marqué un “tournant décisif” dans les relations historiques bilatérales, précise le diplomate marocain.

Il faut préciser que la République de Zambie et le Royaume d’Eswatini ont bénéficié de l’aide médicale apportée par le Maroc, sur Instructions de Sa Majesté le Roi, que Dieu l’assiste, en vue d’aider un nombre de pays africains dans la lutte contre la Covid-19, mettant en avant l’importance de ce “geste royal de solidarité” dans le renforcement de la coopération africaine.

Aux dires du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’Etranger, Nasser Bourita lors d’un point de presse qu’il a animé, mardi dernier, “la poursuite de l’ouverture de consulats généraux de pays amis et frères à Laâyoune et à Dakhla est le fruit de la sage politique africaine de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste”. Avant de préciser que “la diplomatie marocaine récolte les fruits de la politique africaine de Sa Majesté le Roi Mohammed VI”. 

Nasser Bourita de rappeler qu’au cours de ces vingt dernières années, cette politique royale a toujours misé sur l’initiative, la solidarité et l’obligation de passer de la parole à l’action, outre l’établissement de “partenariats fructueux qui profitent à tous”. Cette vision royale, dira-t-il, a fait du Maroc “un partenaire crédible, avec une présence de poids au sein de l’Union africaine et des institutions africaines dans leur ensemble”.

A ce jour, précise Nasser Bourita, 15 pays représentant les diverses régions d’Afrique (Ouest, Est, Centre et australe) ont ouvert des consulats généraux à Laâyoune et Dakhla.

Le diplomate marocain a profité de ce point de presse pour expliquer que cette dynamique “va dans le sens d’un soutien accru à la marocanité du Sahara, une réalité qui n’est ni négociable ni discutable”, soulignant que le Sahara est marocain “par le droit, par l’Histoire, par la volonté de sa population et par le soutien grandissant de la communauté internationale et les amis du Maroc”.

Les fausses allégations et les gesticulations des autres parties ne changeront pas cette réalité, a insisté le Ministre, faisant remarquer que la population locale jouit de l’impact tangible du processus de développement soutenu que connaît le Sahara marocain.“Les habitants de la région gèrent leurs propres affaires de manière démocratique, ce qui renforce la légitimité et la justesse de la question de l’intégrité territoriale du Royaume”, a souligné Bourita, relevant que les Nations Unies reconnaissent aux élus des provinces du Sud leur rôle d’interlocuteurs légitimes et de représentants de la population.

                     El Hadj A.B. HAIDARA

Source: Aujourd’hui Mali

MaliwebAfrique
Preuve d’une diplomatie active, mais surtout de la reconnaissance de l’appartenance du Sahara marocain au Royaume, l’ouverture de consulats généraux de pays africains au sud du Sahara se multiplie à Laâyoune et à Dakhla, les deux grandes agglomérations du Sud du Maroc. Le week-end dernier, trois nouveaux Consulats généraux...