Avec cette mesure, on pourrait dire que la guerre contre le terrorisme est entrée dans une nouvelle phase. Ainsi, dans une note à l’interne, le Chef d’Etat-major général des Armées(CEMGA) a ordonné de traiter tout aéronef, dont ses hommes n’ont aucune connaissance de la présence dans le ciel, comme ennemis. Ils seront donc abattus.

Des appareils étrangers survolent par moment les théâtres d’opération.

Une source sécuritaire a confié à www.minute.bf qu’un drone suspect a déjà subi les tirs des combattants sur le terrain. « Lorsque nous avons remonté les informations, il se trouvait que la hiérarchie n’avait pas connaissance de la présence de l’appareil sur les lieux. Nous avons tenté de l’abattre sans succès. », nous a confié notre source sécuritaire. « Malgré nos tirs, le drone a pu nous échapper mais n’est plus revenu vers nos positions », a-t-elle regretté, tout en estimant que cette mesure serait bien accueillie par la troupe.

Dans sa note, le CEMGA a appelé l’ambassade de France à informer 48h à l’avance, de tout déplacement de leurs aéronefs dans les zones d’opérations et en coordination avec l’armée de l’air et l’état-major général des armées.

*Le titre est de Burkina Online
Par Armand KINDA
La Rédaction
Minute.bf

MaliwebAfrique
Avec cette mesure, on pourrait dire que la guerre contre le terrorisme est entrée dans une nouvelle phase. Ainsi, dans une note à l’interne, le Chef d’Etat-major général des Armées(CEMGA) a ordonné de traiter tout aéronef, dont ses hommes n’ont aucune connaissance de la présence dans le ciel, comme...