Les autorités Camerounaises ont imposé un couvre-feu d’une semaine dans les régions anglophones par crainte d’ « attaques imminentes » de sécessionnistes « soutenus par des mercenaires » du delta du Niger, au Nigeria.

Une note interne du ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo, adressée aux gouverneurs du nord-ouest et du sud-ouest, autorisait l’instauration d’un couvre-feu entre 20 heures et 6 heures du matin.

Le gouverneur de la région du Nord-Ouest, Adolphe Lele Lafrique, a déclaré dans un communiqué, que la circulation des personnes et des biens avait été restreinte pour « une semaine renouvelable ».

Il a souligné que toutes les entreprises et tous les lieux publics resteraient fermés tandis que les bus pour les voyages de nuit quitteraient la ville avant 20 heures.

Toutefois, cette restriction ne s’applique pas aux autorités administratives, aux forces de l’ordre, aux personnes et véhicules en possession d’autorisations spéciales de circuler.

Les deux régions anglophones du pays sont secouées depuis plus d’un an par une crise sociopolitique qui s’est transformée en un conflit armé.

Depuis le début de la crise, des dizaines de personnes ont été tuées dans des affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants, et environ 40 000 autres se sont réfugiées au Nigéria.

Dans son discours samedi soir à l’occasion de la fête de la jeunesse, le Président Paul Biya, qui célèbre ce mardi son 85ème anniversaire, a déclaré que la situation dans les régions anglophones « est plus stable », ce qui d’après les critiques est « loin de la réalité ».

Afrikmag

MaliwebAfrique
Les autorités Camerounaises ont imposé un couvre-feu d’une semaine dans les régions anglophones par crainte d’ « attaques imminentes » de sécessionnistes « soutenus par des mercenaires » du delta du Niger, au Nigeria. Une note interne du ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo, adressée aux gouverneurs du nord-ouest et du sud-ouest, autorisait...