«Mon combat à la tête de ce ministère est de sortir des secteurs comme le vôtre de l’informel. Vous êtes déjà regroupés en faîtière, cela est une excellente chose. L’Etat a l’obligation de vous aider et le président de la République, soucieux de la vitalité de vos entreprises compte sur le dynamisme de votre secteur pour contribuer au développement de la Côte d’Ivoire».

Ces recommandations qui sonnent comme des encouragements, le ministre de l’Artisanat, Sidiki Konaté, les a tenus, hier, à son cabinet au 9ème étage du Postel 2001 au Plateau.

C’était à l’occasion de l’audience qu’il a accordée au Groupement des imprimeurs de Côte d’Ivoire avec à sa tête son président Etienne Kouya, par ailleurs promoteur de l’Imprimerie lyonnaise de Yopougon-Rue Princesse.

En faisant ces recommandations, Sidiki Konaté a présenté, à ses hôtes, tout l’arsenal juridique et autres mécanismes dont la Côte d’Ivoire s’est dotée pour sortir l’artisanat du secteur informel. «Pour l’Etat de Côte d’Ivoire, vous êtes un secteur clé.

C’est pourquoi vous êtes régis par un Code de l’Artisanat qui prend en compte le Groupement des imprimeurs que vous êtes», a rapporté le ministre, en énumérant la nomenclature des métiers régis par ce Code dont copie a été remis à ses visiteurs.

Bien avant le ministre, Etienne Kouya, au nom de ses pairs venus, en grand nombre, des quatre coins de la Côte d’Ivoire, du Mali et de la Guinée ont fait un véritable plaidoyer à leur ministre de tutelle. «Monsieur le ministre, nous sommes un véritable vivier d’emplois pour la jeunesse ivoirienne.

Longtemps, nous avons été ballotés à la recherche de notre ministère de tutelle. Nous avons frappé à la bonne porte, nous sommes heureux avec vous pour apporter notre contribution au développement de notre pays», a témoigné M. Kouya.

Au ministre, le Groupement des imprimeurs a soumis entre autres doléances, «le recensement de tous les imprimeurs de Côte d’Ivoire», «la garantie bancaire», «la carte de l’imprimeur» et « la maison de l’imprimeur».

En réponse à ce plaidoyer, le ministre a rasséréné ses hôtes par des réponses idoines. Très pragmatique, Sidiki Konaté a fixé un chronogramme pour le lancement du processus de recensement des imprimeurs.

allafrica

MaliwebAfrique
«Mon combat à la tête de ce ministère est de sortir des secteurs comme le vôtre de l’informel. Vous êtes déjà regroupés en faîtière, cela est une excellente chose. L’Etat a l’obligation de vous aider et le président de la République, soucieux de la vitalité de vos entreprises compte...