Dans la région du Kwango, après environ cinq mois de présence d’éleveurs de zébus venus de l’est de la RDC et de leurs troupeaux, les habitants représentés par leurs notables dénoncent l’absence de solution. Et ce, malgré la tenue mi-mars à Kinshasa d’une table ronde consacrée à la question. La société civile craint notamment la montée d’insécurité dans la région de Bukanga Lonzo.

A la suite d’une mission gouvernementale, Joseph Kapika, ministre d’État chargé de l’Économie, avait décidé fin février 2018 que les éleveurs de zébus nouvellement installés dans la région du Kwango devraient indemniser les agriculteurs qui ont vu leurs champs dévastés par ce troupeau, notamment dans la zone de Bukanga Lonzo.

Il avait annoncé également que, pour éviter le conflit entre éleveurs et agriculteurs locaux, ces zébus devraient être regroupés dans le parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo d’où ils devraient être commercialisés.

Mi-mars, une table ronde réunissant notamment Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale, et les représentants des habitants de Bukanga Lonzo avait recommandé la mise en place d’un comité de suivi des toutes ces recommandations, mais aujourd’hui la société civile locale constate qu’il n’y a pas d’évolution dans ce dossier.

Neuf morts seraient à déplorer

Par ailleurs, depuis l’arrivée de ces zébus dans la région, les habitants de Bukanga Lonzo disent avoir remarqué l’apparition d’un type des mouches qui se posant sur les yeux des vaches locales finissent par les rendre aveugles.

Plus grave encore, ils rapportent que neuf personnes auraient été tuées dans la région ces dix derniers jours. Emile Yimbu un des porte-parole de la société civile locale l’affirme : « Neuf personnes sont mortes tout récemment dans le Bukanga Lonzo », à cause de tirs « à balles réelles. Et nous ne pouvons pas chercher le sorcier, nous savons ce qu’il se passe ».

Ils demandent aux autorités de faciliter le retour de ces éleveurs et leurs troupeaux dans leurs milieux d’origine.

RFI

MaliwebAfrique
Dans la région du Kwango, après environ cinq mois de présence d’éleveurs de zébus venus de l’est de la RDC et de leurs troupeaux, les habitants représentés par leurs notables dénoncent l’absence de solution. Et ce, malgré la tenue mi-mars à Kinshasa d’une table ronde consacrée à la question....