Au Gabon, le dialogue national est effectivement entré dans sa phase politique, après trois semaines consacrées au recueil des propositions de la société civile.

ali bongo ondimba president chef etat gabon

La cérémonie d’ouverture a été présidée au stade de l’amitié sino-gabonaise par le Premier ministre, Emmanuel Issoze-Ngondet qui était pour la circonstance entouré des co-présidents du dialogue pour l’opposition et la majorité. Jean Ping continue de bouder ce dialogue, alors que les conclusions qui seront issues seront transformées en lois de la République.

Il y a eu un peu de retard à l’allumage. Dans un premier temps, les participants se sont retrouvés dans une salle où il faisait très chaud. Le protocole a rapidement trouvé une salle plus spacieuse avec de l’air conditionné. Beaucoup d’hésitation dans la gestion de la presse. L’unique cérémonie de la journée s’est déroulée loin des caméras.

Dans la salle, c’était le face à face et une grande méfiance. Patrick Eyogho Edzang, député de l’Union nationale, le parti qui boycotte le dialogue, fulmine qu’il n’est pas venu boire du petit lait préparé par le pouvoir : « Personne ne part à ce dialogue avec la fleur au fusil, lance-t-il. Si le pouvoir pense que les choses vont se passer facilement comme ils sont à la manœuvre, je pense qu’il se trompe. J’ai pris des risques pour ça, et j’y crois fermement. Je vais peser de tout mon poids pour pouvoir faire avancer les choses ».

« Nous voulons dialoguer »

Réaction immédiate de Clémence Mezui, porte-parole du Parti démocratique gabonais (PDG, le parti au pouvoir) : « L’opposition parle déjà d’enfarinage. Nous, nous ne voulons enfariner personne. Nous voulons dialoguer. Nous voulons nous pardonner pour qu’il y ait de la paix dans ce pays. C’est pour cela qu’au PDG, nous disons dialogue, tolérance et paix ».

Les débats s’annoncent donc houleux. Chaque camp veut faire valoir ses propositions pour le Gabon du futur.

Par RFI Publié le 19-04-2017

MaliwebAfrique
Au Gabon, le dialogue national est effectivement entré dans sa phase politique, après trois semaines consacrées au recueil des propositions de la société civile. La cérémonie d’ouverture a été présidée au stade de l’amitié sino-gabonaise par le Premier ministre, Emmanuel Issoze-Ngondet qui était pour la circonstance entouré des co-présidents du...