(Agence Ecofin) – Le Ghana a perdu en 2021 le titre de premier producteur d’or d’Afrique. Alors qu’une lutte intensive contre l’exploitation illégale est menée depuis plusieurs mois, le développement en parallèle de circuits officiels devrait favoriser l’augmentation de la production nationale.

Au Ghana, l’armée a achevé une opération de trois jours ayant permis d’arrêter 164 mineurs illégaux d’or, les « galamseyers » comme on les appelle dans le pays. Ces derniers, dont plusieurs proviennent du Nigeria, de Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger et du Burkina Faso, ont envahi des concessions minières ou pratiquent l’orpaillage dans les lits de rivières.

Selon Ghanaian Times qui rapporte l’information, ces nouvelles arrestations arrivent après celles de 5 ressortissants chinois, dont une femme, la semaine dernière par des agents de la Sécurité nationale. Surnommée « Galamsey Queen », la cheffe du gang Aisha Huang a été inculpée avec ses quatre complices pour exploitation minière et négoce de minéraux sans les licences appropriées.

« Il s’agit d’un rappel à l’ordre à l’intention de tous ceux qui n’ont pas tenu compte de nos nombreux avertissements concernant l’arrêt de l’exploitation minière illégale. Nous vous poursuivrons et vous arrêterons. Quittez maintenant nos cours d’eau et nos forêts », a déclaré George Mireku-Duker, vice-ministre des Terres et des Ressources naturelles.

Alors que la lutte d’Accra contre l’exploitation illégale d’or a pris un autre tournant depuis l’année dernière, il faut noter que le Ghana a perdu sa place de 1er producteur africain au profit de l’Afrique du Sud. Si l’ex-Gold Coast ne devrait pas récupérer ce statut avant la fin de l’année selon une estimation de Fitch, la lutte contre ce phénomène et l’insertion des mineurs dans les circuits officiels pourrait contribuer à accroitre à moyen terme la production nationale.

Emiliano Tossou