Vendredi 6 avril 2018, la haute cour de Durban en Afrique du Sud a été témoin d’un évènement grandiose, celui du jugement d’un ex-président, Jacob Zuma. Il est accusé de corruption, mais dès l’ouverture du procès, il a clamé son innocence. Ce qui a fait pousser le procès à une date ultérieure.

L’ancien président sud-africain était sur le banc des accusés ce vendredi 6 avril 2018. Il est accusé de corruption, de fraude et de blanchiment d’argent.

Ce premier jour de procès a été infructueux  puisque l’accusé s’est déclaré être victime d’un complot politique ourdi contre sa personne. « Je suis innocent jusqu’à ce que je sois jugé coupable, mais certaines personnes veulent me traiter comme si j’étais coupable », confie Jacob Zuma lors de cette audience. Il poursuit en ajoutant devant un public nombreux devant le tribunal, sans doute ses partisans, venu pour le soutenir: « Ces accusations ont été annulées et maintenant elles sont relancées, il est clair qu’elles sont politiques ».

À cet effet, la séance a été suspendue jusqu’au 8 juin prochain. Cela vise à donner plus de temps aux différentes parties de mieux se préparer en termes d’arguments.

Nous savons que Jacob Zuma a été forcé de démissionner par son propre parti, ANC, suite à des accusations de corruption portée contre lui. Il aurait touché des pots-de-vin de la part du groupe électronique français Thalès au cours d’un contrat d’armement conclu entre les deux parties. La somme qu’il aurait touchée au cours de ce contrat s’élève à près de 4 milliards d’euros. L’entreprise impliquée dans cette affaire de corruption est concernée également par ce jugement. Mais il faudrait comprendre que jusque-là cette dernière n’a voulu se prononcer sur la situation.

Le groupe Thalès aurait versé à l’ex-président sud-africain une somme s’élevant à près de 280.000 euros. Un fax découvert datant de l’an 2000 envoyé par un dirigeant du groupe Thalès fait état d’un payement de 500.000 rands par an à Jacob Zuma dans le but de protéger non seulement le groupe, mais aussi d’assurer la continuité de la collaboration entre eux.

Cette affaire remonte jusqu’aux années 1990. À l’époque, Jacob Zuma était vice-président du Sud-Afrique. Alors que le besoin de modernisation de l’armée se faisait urgent, il fallait chercher des partenaires. À ce titre, plusieurs groupes étaient dans le viseur, mais c’est le groupe Thalès qui sera maintenu. Selon Andrew Feinstein, député du parti ANC à l’époque, il existe des preuves tangibles sur cette affaire: « Il y a énormément de preuves à charge, notamment une série de conversation entre Zuma, son conseiller financier, Shabir Sheik, et des représentants du groupe français, dont un dirigeant qui s’appelle Alain Tétard. Mais l’élément du dossier le plus incriminant est un fax codé envoyé par Têtard au conseillé financier de Zuma confirmant que la somme que le groupe avait accepté de payer à Zuma serait déposée dans tel compte, à telle date en échange des services rendus par Jacob Zuma ». Ce conseiller financier dont il est fait question dans ce passage, Shabir Sheik, a été en effet reconnu coupable depuis 2005 et bénéficie de 15 ans d’incarcération.

Il faut faire remarquer que depuis 2003 l’ex-chef des Zoulous est poursuivi dans cette affaire de corruption. Mais à chaque fois qu’il devrait comparaitre devant les juridictions, il a pu trouver des arrangements. Mais avec la venue au pouvoir de Cyril Ramaphosa, il n’aura pas assez de chance si nous savons que l’objectif de ce dernier reste la lutte contre la corruption.

Si tous les chefs d’État pris dans de telles affaires de corruption passaient devant les tribunaux pour qu’ils s’expliquent, les magouilles au sein des grandes institutions allaient prendre fin. Mais nous constatons dans la plupart des cas que nous nous laissons emporter dans le sentimentalisme et du coup encourageons l’injustice. Les malfaiteurs sachant qu’ils ne seront pas poursuivis parce que la sauvegarde de leur dignité sera priorisée à l’acte posé, alors le mal ne cessera jamais. Tel est le problème qu’ont les États actuels.  La survie de la nation doit être la priorité des priorités. L’intérêt général doit primer l’intérêt privé.

En toute raison de cause, on suppose que le cas Zuma devra servir d’exemples aux autres chefs d’État dans leur gestion des affaires de la nation.

Fousseni TOGOLA

Source: lepays.ml

MaliwebAfrique
Vendredi 6 avril 2018, la haute cour de Durban en Afrique du Sud a été témoin d’un évènement grandiose, celui du jugement d’un ex-président, Jacob Zuma. Il est accusé de corruption, mais dès l’ouverture du procès, il a clamé son innocence. Ce qui a fait pousser le procès à...