Suite à l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara marocain, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Maroc, Nasser Bourita, a fait une déclaration, dont nous avons pu nous procurer une copie. Dans laquelle déclaration, le Royaume chérifien se félicite de l’adoption de cette résolution.

Selon le chef de la diplomatie marocaine, la teneur positive de cette résolution est le fruit de l’action ferme et déterminante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Et de formuler des vœux pour que le Tout-puissant Dieu l’assiste pour contrer toutes les tentatives insidieuses visant les intérêts supérieurs du Royaume. “Elle est aussi le résultat de la forte mobilisation, sous la conduite de Sa Majesté le Roi, de la diplomatie marocaine et de toutes les forces vives de la nation pour défendre l’intégrité territoriale et l’unité nationale”, a-t-il ajouté.

De son point de vue, l’importance de cette résolution est, tout d’abord, liée au contexte particulier de son adoption. Lequel est marqué par, entre autres, la multiplication des violations du cessez-le-feu par le Polisario encouragé par l’Algérie, les tentatives multiples d’altérer le statut juridique et historique de la zone à l’Est du dispositif de défense ainsi que les défis répétés à l’autorité du Conseil de sécurité et à la légalité internationale. S’y ajoute la volonté de la Communauté internationale de relancer le processus politique sous la conduite de l’Envoyé personnel, M.Horst Köhler, sur la base d’une nouvelle dynamique et d’un esprit nouveau, tout en prenant en considération les enseignements tirés et contraintes rencontrées par le passé.

“Le contexte de son adoption a également été marqué par la campagne mensongère menée à coups de supercheries médiatiques, de tentatives de falsification des faits orchestrées par l’Algérie et le poilisario en vue de dénaturer les réalités et disséminer de fausses informations sur le processus politique, l’action de l’Envoyé personnel, la question des ressources naturelles ou encore l’existence d’un soi-disant territoire libéré”, a martelé le ministre marocain des Affaires étrangères.

Rétablir les vérités

Et de poursuivre que c’est dans ce contexte que la résolution du Conseil de sécurité est venue apporter des précisions, rétablir les vérités et souligner la démarche privilégiée par la Communauté internationale pour résoudre ce différend régional. À en croire le ministre des Affaires étrangères marocain, les éclaircissements du Conseil ont porté particulièrement sur les trois points essentiels, à savoir le statut historique et juridique à l’Est du dispositif de défense et les agissements du Polisario, le Conseil de sécurité définit la finalité du processus politique, identifie les acteurs et confirme le leadership onusien, ainsi que l’interpellation de l’Algérie par le Conseil de sécurité.

Aussi, concernant Guerguarate, le Conseil de sécurité a exprimé sa préoccupation au sujet de la présence du Polisario dans la zone tampon de Guerguante en l’appelant à se retirer immédiatement. S’agissant de Bir Lahlou, le Conseil de sécurité a exprimé sa préoccupation au sujet de l’annonce par le Polisario de transférer des structures administratives à Bir Lahlou en l’appelant à s’abstenir de mener de telles actions déstabilisatrices.

Ainsi, dit-il, le Conseil de sécurité confirme le statut de la zone à l’est du dispositif de défense. Il s’agit, pour l’Onu, d’une zone tampon au sens des Accords de cessez-le-feu, où ne saurait y avoir d’activités civiles ou militaires. “La résolution fait donc siennes les préoccupations exprimées dans les messages de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au secrétaire général de l’Onu et aux puissances déterminantes du Conseil de sécurité.

L’instance exécutive de l’Onu met en garde le Polisario et l’Algérie, de la manière la plus ferme, contre leurs actes de provocation et leurs agitations irresponsables”, a-t-il indiqué.

Le Polisario et l’Algérie appelés à répondre aux injonctions du Conseil de sécurité de l’Onu

Pour le ministre marocain, tous les agissements et les mensonges sur l’existence de soi-disant territoires libérés ou de zone de déploiements ont été battus en brèches par le Conseil de sécurité. “Le Polisario, soutenu par l’Algérie, est appelé à répondre aux injonctions du Conseil de sécurité et à se retirer immédiatement, définitivement et sans condition de la zone située à l’est du dispositif de défense. En revanche, dit-il, le Conseil de sécurité s’est félicité et a reconnu la réponse mesurée du Maroc face aux préoccupations récentes concernant la zone tampon”, a laissé entendre.

À ses dires, le Conseil de sécurité a exhorté les pays voisins et donc l’Algérie à faire une importante contribution au processus politique et d’accentuer son engagement dans le processus, à la hauteur de ses responsabilités dans la genèse et le maintien du différend régional sur le Sahara marocain. Il s’agit d’une reconnaissance par le Conseil de sécurité du rôle politique, médiatique, militaire et humanitaire de l’Algérie dans la question du Sahara marocain. “Le Conseil de sécurité conforte, de la sorte, la position du Maroc ayant toujours affirmé que le règlement du différend nécessite l’implication forte et sérieuse de l’Algérie dans le processus onusien”, a-t-il renchéri.

Pour finir, il a remercié les pays qui ont privilégié une démarche constructive, en particulier le porte-plume de la résolution, les États-Unis d’Amérique, ainsi que les autres pays permanents et non permanents, membres du Conseil qui se sont mobilisés pour défendre la légalité internationale et préserver la stabilité et la sécurité dans la région.

                Boubacar PAÏTAO

Source: Aujourd’hui-Mali

MaliwebAfrique
Suite à l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara marocain, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Maroc, Nasser Bourita, a fait une déclaration, dont nous avons pu nous procurer une copie. Dans laquelle déclaration, le Royaume chérifien se félicite de...