Les Algériens sont appelés jeudi aux urnes afin d’élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika.

Les bureaux de vote doivent ouvrir à 8H00 locales (7H00 GMT) et fermer à 19H00 (18H00 GMT).

Dans les rues, des milliers de manifestants ont encore affiché mercredi leur détermination à Alger aux cris de “Pas de vote!”. Ils perçoivent cette élection présidentielle comme étant une manœuvre de survie du régime Bouteflika.

A la tête de la contestation, le “Hirak”, mouvement anti-régime né le 22 février, reste farouchement opposé à ce scrutin. Le mouvement dénonce une “mascarade électorale”, exige plus que jamais la fin de ce “système” au pouvoir depuis l’indépendance en 1962 et le départ de tous ceux qui ont soutenu ou pris part aux 20 ans de présidence de M. Bouteflika, contraint à la démission en avril.

Le pouvoir, aux mains de l’armée, tient à organiser cette élection malgré la tension.

Cinq candidats sont en lice et tous sont perçus par la contestation comme des enfants du “système”.

BBC

MaliwebAfrique
Les Algériens sont appelés jeudi aux urnes afin d'élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika. Les bureaux de vote doivent ouvrir à 8H00 locales (7H00 GMT) et fermer à 19H00 (18H00 GMT). Dans les rues, des milliers de manifestants ont encore affiché mercredi leur détermination à Alger aux cris de 'Pas de...