Un mois après l’investiture du tout nouveau président de la République démocratique du Congo RDC, la CENCO qui avait contesté l’élection de Félix Tshisekedi selon des statistiques donnant la victoire à son adversaire Martin Fayulu, est revenue le lundi 4 mars dernier  avec une série de recommandations en vue de permettre  une  bonne gouvernance en RDC.

C’était  lors d’une conférence de presse à Kinshasa  que les évêques catholiques  ont rassuré le chef de l’État que «  les évêques ne sont pas là pour leur échec. Le pays a besoin d’un nouveau leadership où l’homme congolais sera au centre des préoccupations des autorités ». Le porte-parole de la conférence épiscopale nationale du Congo (cenco),  Abbé Donatien Nshole,  a appelé Félix Tshisekedi  et les membres de son gouvernement à « rompre radicalement avec les antivaleurs des anciens régimes et à donner des assurances  concrètes d’une meilleure gouvernance ».  Les  recommandations faites par la cenco  sont entre autres de faire  que  Félix Tshisekedi  fasse  de  l’établissement d’un État de droit une priorité  présidentielle.  Aussi de la sécurisation des frontières et la pacification des zones en proie à l’insécurité par la présence  des groupes armés. En fin la cenco a également  préconisé la mise en place d’une bonne gouvernance et une politique de lutte contre la corruption selon Jeune Afrique.

ISSA DJIGUIBA

Source: Le Pays

MaliwebAfrique
Un mois après l’investiture du tout nouveau président de la République démocratique du Congo RDC, la CENCO qui avait contesté l’élection de Félix Tshisekedi selon des statistiques donnant la victoire à son adversaire Martin Fayulu, est revenue le lundi 4 mars dernier  avec une série de recommandations en vue...