Alors que la Cédéao est dans une posture délicate dans les crises politiques actuelles de la région, notamment en Guinée et en Côte d’Ivoire où se déroule une élection sous tension aujourd’hui même, vous avez choisi de souligner le manque de coordination régionale des mesures sanitaires aux aéroports, une coordination qui aurait pu faciliter la vie des voyageurs en Afrique de l’Ouest depuis la réouverture des frontières aériennes.

Il est regrettable que sur des questions concrètes qui concernent les citoyens des pays de l’espace régional ouest-africain, réputé le plus intégré sur le continent, il n’y ait aucune politique commune qui s’appliquerait à tous les aéroports de la région.

Le professeur de sociologie Francis Akindès, basé en Côte d’Ivoire, avait pourtant lancé dès le mois de juillet, sur la plateforme change.org, une pétition qui appelait à « des mesures anti-covid-19 harmonisées aux frontières des pays de la Cédéao ». Voici ce que disait le texte de cette pétition qu’on peut encore signer aujourd’hui : « Les mesures sont si variables d’un pays à un autre que les candidats au voyage ne s’y retrouvent pas. Si le besoin de freiner la progression de la pandémie par un contrôle aux frontières reste indispensable, il est aussi impératif que la Cédéao coordonne une définition commune, claire et rationnelle de mesures aussi bien aux frontières internes qu’aux frontières externes à la Communauté, afin de faciliter la mobilité des voyageurs. Ainsi, les décisions communes, une fois validées par tous les États devront être affichées et appliquées en toute transparence aux différentes frontières pour le bonheur et la sécurité des usagers. »

Trois mois plus tard, c’est toujours le casse-tête pour les voyageurs qui ne savent pas où trouver l’information sur chaque pays de destination. Quelques exemples de ces mesures nationales.

Je dois d’abord dire que les mesures évoluent dans chaque pays et que les dernières informations recueillies peuvent se retrouver vite dépassées. Ainsi, à l’arrivée à Dakar, chaque passager doit présenter un résultat de test négatif de Covid-19 datant de moins de cinq jours. Le coût du test à l’aéroport de Dakar est de 40 000 FCFA. À l’arrivée à l’aéroport d’Abidjan en Côte d’Ivoire, le certificat de test négatif doit dater de moins de cinq jours. Le coût du test est de 48 000. À Cotonou au Bénin, tout voyageur qui débarque est soumis au test de dépistage à l’aéroport et cela coûte 50 ​​​​​​​000 ​​​​​​​FCFA, depuis début septembre. Le test coûtait 100 ​​​​​​​000 ​​​​​​​FCFA avant cette révision. Pour les familles, la facture pouvait vite être vertigineuse. Au Ghana, tout passager qui débarque à Accra doit être muni d’un test négatif, réalisé moins de 72 heures avant son départ. Et il doit passer un autre test obligatoire réalisé dans le terminal de l’aéroport, à ses frais qui sont tout de même de 150 ​​​​​​​​​​​​​​$US soit environ 85 ​​​​​​​000 ​​​​​​​FCFA. À Lomé, au Togo, les passagers sont soumis à des tests dans un laboratoire spécialement aménagé. Une application appelée Togo Safe, lancée le 4 septembre dernier pour le traçage des contacts de cas de Covid-19, doit être obligatoirement téléchargée par les voyageurs à l’arrivée. L’approche technologique est intéressante, mais pour ceux qui connaissent la culture de contrôle sécuritaire du gouvernement togolais, une application de traçage peut susciter quelques réserves. Ce qui est clair, c’est qu’il n’y a à l’échelle régionale aucune politique commune.

C’est dommage, parce que les organisations africaines avaient plutôt vite et bien réagi au début de l’épidémie sur le continent.

Ce fut le cas notamment de l’Union africaine à travers son Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et de la Cédéao. Dès le 14 février 2020, les ministres de la Santé des pays de la Cédéao s’étaient réunis à Bamako. Et le 23 avril, c’était au tour des chefs d’État ouest-africains de se réunir en visioconférence lors d’un sommet extraordinaire sur la pandémie. Comme trop souvent, malheureusement, les bonnes intentions se sont perdues en chemin, et la Cédéao a encore manqué l’occasion de donner un signal fort de sa volonté d’être au service des peuples en leur facilitant la vie.

RFI

MaliwebAfrique
Alors que la Cédéao est dans une posture délicate dans les crises politiques actuelles de la région, notamment en Guinée et en Côte d’Ivoire où se déroule une élection sous tension aujourd’hui même, vous avez choisi de souligner le manque de coordination régionale des mesures sanitaires aux aéroports, une...