Une augmentation alarmante des attaques djihadistes au Burkina Faso menace de plus en plus la sécurité de trois de ses voisins côtiers, selon des sources de sécurité et des analystes.

Le Bénin, le Ghana et le Togo ont jusqu’à présent été épargnés par les violences islamistes qui frappent leur voisin sans littoral depuis 2015 – les retombées de l’instabilité au Mali, refuge de groupes liés à Al-Qaeda et du groupe dit de l’État islamique.

Pourtant, la rapidité avec laquelle la violence s’est répandue au Burkina Faso en a surpris beaucoup.
Ces derniers mois, des attaques ont eu lieu dans la région orientale, à la frontière du Bénin et du Togo, faisant craindre que le feu de brousse djihadiste au Sahel se dirige vers la côte.

Les craintes pour la sécurité se sont accrues depuis l’assassinat de quatre douaniers burkinabè et d’un prêtre espagnol qui revenait d’une réunion à Lomé, la capitale du Togo. Ils ont été tués juste après le passage de la frontière.

Bakary Sambé, directeur de l’Institut Tombouctou de la capitale sénégalaise, Dakar, a déclaré que la recrudescence de la violence « semble indiquer que le Burkina Faso est le dernier obstacle que ces groupes veulent surmonter pour atteindre la côte ».

Le nord du Ghana, le Togo et le Bénin pourraient devenir des « points de passage idéaux » pour les djihadistes qui se cachent dans des zones boisées ou des zones rurales isolées le long de la frontière poreuse, a-t-il ajouté.
« De plus, étendre leur zone d’opérations loin de l’épicentre actuel du djihadisme pourrait leur permettre d’accéder à la mer via des ports d’Afrique de l’Ouest » et éventuellement de nouveaux réseaux d’acquisition d’armes, a-t-il déclaré à l’AFP.

Le Ghana et le Togo sont en alerte face aux attaques après que des hommes armés d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) aient tué 19 personnes dans la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam en mars 2016.
Dans le parc régional W, qui chevauche le Bénin, le Niger et le Burkina Faso, une activité militante croissante a été détectée ces dernières années.

L’Institut Thomas More, un groupe de réflexion européen, a déclaré ce mois-ci que « des combattants du Mali auraient mené une opération de reconnaissance en 2014-2015 jusqu’au Bénin ».

En décembre dernier, quatre djihadistes présumés du Burkina Faso, du Mali et de la Côte d’Ivoire ont été arrêtés au Mali, soupçonnés de se préparer à attaquer les célébrations du Nouvel An.

-Un haut responsable togolais de la sécurité, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que des renforts militaires avaient été envoyés dans le nord du pays depuis la mort du prêtre espagnol.  Il n’a donné aucun autre détail, mais a déclaré à propos de la sécurité au Burkina Faso: « La menace est réelle. Tout le monde est sur le qui-vive.

« Les forces de sécurité togolaises et béninoises travaillent en étroite collaboration avec les Burkinabè.

Le colonel Eric Aggrey Quarshie, porte-parole de l’armée ghanéenne, a déclaré que l’armée était « au prête  » pour la protection de la frontière nord. « Tout est sous contrôle », a t-il ajouté, sans élaborer.

Cependant, l’organisation nationale de gestion des catastrophes du Ghana a déclaré qu’elle commençait à constater les effets de la violence au Burkina Faso.

Ces dernières semaines, plus de 300 personnes, dont 176 enfants, ont cherché réfuge dans la région de Bawku, dans le nord-est du Ghana.


Au Burkina Faso, la plupart des attaques ne sont pas revendiquées, mais imputables à Ansarul Islam, au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) ou à l’État islamique du Grand Sahel (ISGS).
Ansarul Islam est apparu près de la frontière malienne en décembre 2016. Le GSIM a juré allégeance à AQMI, tandis que l’ISGS était derrière l’embuscade meurtrière des troupes américaines dans l’ouest du Niger en 2017.
Rinaldo Depagne, directeur de projet pour l’Afrique de l’Ouest à l’International Crisis Group, a déclaré que la nature exacte des relations entre ces groupes et d’autres n’était pas claire.

Mais il a ajouté que les militants exploitaient le « maillon faible » – le gouvernement de Ouagadougou, qui n’a pas les moyens de faire face au problème par lui-même.

« L’augmentation des fronts leur permet d’éviter la réponse militaire des armées occidentales et des forces du groupe du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) », a-t-il ajouté.
Une extension géographique plus large des djihadistes est encore compliquée par l’implication de groupes criminels qui opèrent depuis longtemps dans les zones frontalières.

Ils ont rejoint les djihadistes pour couvrir leurs activités telles que le trafic d’armes et de drogue ou l’extraction illégale d’or.

Plusieurs analystes ont déclaré que la pauvreté, l’analphabétisme et l’éloignement géographique des zones frontalières pourraient en faire un terreau fertile pour des idéologies radicales.

Les mêmes facteurs ont favorisé le développement de Boko Haram dans le nord-est du Nigéria.

Source: intellivoire

MaliwebAfrique
Une augmentation alarmante des attaques djihadistes au Burkina Faso menace de plus en plus la sécurité de trois de ses voisins côtiers, selon des sources de sécurité et des analystes. Le Bénin, le Ghana et le Togo ont jusqu’à présent été épargnés par les violences islamistes qui frappent leur voisin...