Pour appuyer la mise en œuvre de l’accord de paix en Centrafrique, une mission des Nations unies, de l’union africaine et de l’Union européenne s’est rendue le dimanche 14 avril 2019 à Bangui dans le cadre de la rencontre des femmes leaders centrafricaines pour un retour de la paix et de la stabilité.

 

Après une précédente réunion qui a eu lieu à New York, le 22 février, au cours de laquelle s’était félicitée l’organisation onusienne   de l’implication des partenaires et bailleurs de fonds centrafricains en faveur du retour d’une paix durable dans le pays. Le groupe international de soutien de la République centrafricaine s’est encore réuni ce mercredi 17 avril 2019, mais cette fois-ci à Bangui en vue de toujours mettre en avant, la mise en œuvre de cet accord de paix signé entre le gouvernement centrafricain et quatorze groupes armés le 6 février 2019. Pour l’occasion, une délégation de l’ONU, de l’UA et de l’UE, dans laquelle figurent en plus du secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, le commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA, M. Smaïl Chergui, et le directeur Afrique au sein  des services de l’action  extérieure de l’UE, M. Koen Vervaeke.  Cette délégation a tout de suite rencontré après son arrivée beaucoup d’autorités centrafricaines, mais plus particulièrement le président Faustin Archande Touadera, le mercredi17 avril, qui a réitéré sa « ferme volonté », sa « bonne foi » et « l’engagement du gouvernement centrafricain à poursuivre la mise en œuvre  de l’accord de paix ».

L’importance de ladite  rencontre du groupe international de soutien de  la RCA  a amené à dire le secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de paix sur son compte Twitter que « l’enthousiasme  manifesté par la population montre que nous sommes sur la bonne voie  et que la violence n’a plus sa place dans cet espace de mise en œuvre de l’accord de paix », pour dire que, les priorités nombreuses et essentielles exigent également le soutien de tous les partenaires. Cela après s’être réjoui lors de la rencontre le mardi avec le Premier ministre centrafricain, Firmin Ngrebada, pour l’avancée notoire du processus de la paix dans certaines localités comme Bambari et Bangassou : « Le retour à la paix et à la stabilité avance dans ces deux préfectures et la paix est possible. Chacun doit comprendre que cet accord est une fenêtre d’opportunité unique et que cette fenêtre, nous devons éviter qu’elle se referme ». Quant au directeur Afrique au sien du service de l’action extérieure de l’UE, M. Koenv Vervaeke, il dira lors de la réunion du groupe de soutien : « Ayez confiance, cette fois-ci, toutes les conditions sont réunies pour que cet accord ne reste pas lettre morte, la paix est un processus dont l’accord n’est que le début. Elle se fait chaque jour et tout un chacun est artisan de la paix ».

ISSA DJIGUIBA

Le Pays

MaliwebAfrique
Pour appuyer la mise en œuvre de l’accord de paix en Centrafrique, une mission des Nations unies, de l’union africaine et de l’Union européenne s’est rendue le dimanche 14 avril 2019 à Bangui dans le cadre de la rencontre des femmes leaders centrafricaines pour un retour de la paix...