L’armée de l’air nigériane a tué au moins 35 personnes lors d’attaques contre des villages de l’Etat d’Adamawa, dans le nord-est du pays, en décembre dernier. C’est ce qu’a déclaré Amnesty International dans un rapport publié Mardi.

Le porte-parole de l’armée de l’air, Olatokunbo Adesanya, a nié que l’armée de l’air ait bombardé des endroits dans la région ou tiré des coups de feu sur des personnes. Il dit avoir ouvert le feu pour dissuader les pillards et les vandales. Adesanya a déclaré qu’il n’était pas au courant des pertes humaines.

Les habitants des villages ont déclaré avoir été la cible d’un avion de chasse et d’un hélicoptère militaire alors qu’ils tentaient de fuir. Pendant ce temps, des centaines de bergers prenaient part à une attaque de représailles contre les communautés pour des tueries, a indiqué Amnesty.

Le 4 décembre, des avions de chasse de l’armée de l’air ont tiré des roquettes sur les villages pour dissuader les affrontements communautaires, alors qu’un cycle de violences et de vengeances a ravagé l’Etat d’Adamawa, a indiqué Amnesty.

« L’hélicoptère et le jet ont commencé à lâcher des bombes. Les maisons ont commencé à brûler. Des enfants ont commencé à courir pour sauver leur vie », a déclaré à un représentant d’Amnesty un fermier anonyme du village de Shafaron.

Le rapport décrit «l’effet cumulatif dévastateur des attaques des éleveurs et de l’armée de l’air, avec au moins huit villages lourdement endommagés ou complètement détruits par le feu».

Les cendres des véhicules et les maisons noircies, réduites par endroits en décombres, ont été montrées dans une vidéo d’Amnesty. Les images satellites représentaient de vastes zones de peuplement ravagées par le feu.

Quatre-vingt-six personnes sont mortes, l’armée de l’air nigériane étant responsable de la mort d’au moins 35. Quelque 3 000 maisons ont été détruites dans les cinq villages visités, a précisé Amnesty.

Les raids aériens ont eu lieu dans les villages de Lawaru, Dong, Kodomti, Shafaron et Nzuruwei, où Amnesty International a interrogé un total de 15 témoins.

Des témoins impliqués dans l’identification et l’enterrement des victimes ont déclaré que 51 d’entre elles avaient été blessées par balle, tandis que les 35 autres sont mortes à la suite des frappes aériennes de Dong, Shafaron, Lawaru et Kodomti.

Ils ont ajouté que la plupart des victimes ont été enterrées dans des tombes individuelles, mais à Dong, quelque 28 victimes ont été enterrées dans une fosse commune.

« Lancer des raids aériens n’est pas une méthode légitime d’application de la loi par la norme », a déclaré Osai Ojigho, directeur national d’Amnesty pour le Nigeria, dans le rapport de mardi.

MaliwebAfrique
L’armée de l’air nigériane a tué au moins 35 personnes lors d’attaques contre des villages de l’Etat d’Adamawa, dans le nord-est du pays, en décembre dernier. C’est ce qu’a déclaré Amnesty International dans un rapport publié Mardi. Le porte-parole de l’armée de l’air, Olatokunbo Adesanya, a nié que l’armée de...