Le président nigérien Mohamed Bazoum a qualifié lundi de “grande erreur” la faiblesse des moyens engagés pour lutter contre le trafic d’armes en provenance de Libye, principale source d’approvisionnement des groupes jihadistes qui sévissent au Sahel.

Face à l’insécurité généralisée dans la région confrontée à la violence jihadiste, il a estimé que les pays du Sahel ont “besoin d’un soutien plus adapté de leurs partenaires axé sur le renseignement, l’appui aérien et le renforcement des capacités de leurs armées”. “A propos du renseignement, la grande erreur des partenaires est leur faible implication dans le combat contre le trafic des armes en provenance de Libye, qui est pourtant le paramètre le plus important dans la prévalence de ce terrorisme”, a-t-il affirmé. Les armées des pays du Sahel et plusieurs pays européens impliqués dans la lutte antijihadiste dans la région, dont la France, sont confrontés aux attaques récurrentes de multiples groupes armés. “Les groupes terroristes opérant actuellement au Sahel se distinguent par le caractère sophistiqué et la quantité remarquable de leurs armes ainsi que de leurs munitions, acquises à des coûts très faibles à travers les réseaux de contrebande libyens”, a-t-il dit dans son disours lors de l’ouverture du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. “J’ai même la faiblesse de penser que pour certaines armes, la proportion chez les terroristes est supérieure à celles détenues par les forces régulières. C’est le cas notamment des lance- roquettes RPG et des fusils mitrailleurs M80, qui sont les armes vedettes de ces guerres”, a-t-il affirmé, ajoutant que “nulle part au monde des groupes rebelles n’ont pu avoir accès aux mêmes armes que les forces légales qu’elles combattent, comme c’est le cas aujourd’hui au Sahel”. Depuis 2011 et la chute du dictateur Mouammar Kadhafi, la Libye a plongé dans le chaos et les guerres tribales, parfois alimentées par des pays extérieurs pour soutenir telle ou telle faction. “Ce trop-plein d’armes a été canalisé vers le Sahel et sert depuis lors à alimenter les différents foyers terroristes ainsi que les nombreux groupes de bandits criminels opérant dans la zone, surtout au Nigeria”, a affirmé M. Bazoum.

MaliwebAfrique
Le président nigérien Mohamed Bazoum a qualifié lundi de 'grande erreur' la faiblesse des moyens engagés pour lutter contre le trafic d'armes en provenance de Libye, principale source d'approvisionnement des groupes jihadistes qui sévissent au Sahel. Face à l'insécurité généralisée dans la région confrontée à la violence jihadiste, il a...