Après avoir pris le pouvoir par un coup d’État de suite de la mort de son père, Mahamat Idriss Deby Itno s’est encore taillé la part du lion.

Pour faire passer sa forfaiture, Mahamat Idriss Deby qui devrait respecter le délai imparti à la transition Au Tchad a organisé un semblant de dialogue national en excluant l’opposition et l’essentiel des organisations de la société civile. À la fin de dialogue, il se taille à la fois deux ans de prolongation de la transition et la possibilité pour lui et son premier ministre de se présenter aux élections qu’ils vont organiser.

Déjà, le plus immature des Tchadiens sait qui sera le futur président du pays à la fin de la transition. Mais malgré le caractère antidémocratique et dictatorial du régime de transition tchadien, la communauté internationale qui ne cesse de harceler le Mali et la Guinée Conakry n’a pipé mot. Deux poids deux mesures et flagrant délit de succession de père en fils comme si le Tchad était une propriété familiale des Deby !

 

Mamadou Cissé