Le ministre tunisien des droits de l’Homme a fait savoir que la Tunisie s’est engagée à ne plus imposer un test anal aux homosexuels qui sont poursuivis pour leurs pratiques sexuelles.

couple homosexuels noirs

La sodomie est punie de trois ans d’emprisonnement, selon l’article 230 du Code pénal tunisien.

Il faut toutefois noter qu’un juge pourra demander à une personne poursuivie pour homosexualité de faire un test anal, par contre, cette personne aura tout le droit de le refuser sans que sa décision ne soit retenu comme une preuve d’homosexualité.

Mais le ministre Mehdi Ben Gharbia n’a donné aucune date pour l’entrée en vigueur de cet engagement.

Les ONG de défense des droits de l’Homme ont longtemps condamné cette pratique, la qualifiant de “cruelle” et d'”inhumaine”.

Le ministre tunisien des droits de l’Homme a ajouté :

“l’Etat tunisien s’engage à protéger la minorité sexuelle de toute forme de stigmatisation, de discrimination et de violence et d’empêcher tous les tests et examens anaux anarchiques”.

Le pays avait rejeté certaines des recommandations du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU dont celle prônant l’abrogation de l’article 230 du Code pénal sur la sodomie.

MaliwebAfriqueInsolite
Le ministre tunisien des droits de l'Homme a fait savoir que la Tunisie s'est engagée à ne plus imposer un test anal aux homosexuels qui sont poursuivis pour leurs pratiques sexuelles. La sodomie est punie de trois ans d'emprisonnement, selon l'article 230 du Code pénal tunisien. Il faut toutefois noter qu'un...