Ce n’est nullement un roman, encore moins une science-fiction. Mais le scénario en a tout l’air. Il y a environ 72 heures, les réseaux sociaux et autres canaux de communication modernes se sont emballés face à un communiqué officiel émanant de la Gendarmerie nationale. Ledit communiqué annonçait la présence dans notre pays de l’ex-otage française Sophie Pétronin et ordre était donné de l’amener de toute urgence.

 

Pour rappel, la vieille dame (elle est âgée de 76 ans) avait été enlevée et séquestrée dans le nord du pays pendant 4 ans par les groupes armés affiliés à Al-Qaïda. Elle ne dut sa libération qu’après moules négociations entre les autorités de Dougouba, la France et ses ravisseurs qui, dans leur mansuétude, firent grâce également à l’homme et opposant politique, Soumaïla Cissé (décédé quelques mois après sa libération).
Les détentions de nos illustres otages (Sophie et Soumy) ont fait polémiques et ont été sujets à de nombreuses spéculations plus ou moins rocambolesques. De la reconversion à l’Islam de Sophie Pétronin à l’apprentissage du Coran par Soumy, en passant par leur quotidien sous les balanites et les tentes, tout a été dit. Les ravisseurs ont même été remerciés et traités de responsables pour s’être bien occupés de leurs prisonniers (sic). Sauf que personne n’est dupe. A beau mentir qui vient de loin !

L’annonce du retour de Sophie Pétronin à Dougouba est d’autant plus invraisemblable qu’elle fait réagir le plus cancre des cancres. Mais diantre, comment peut-on vivre une telle expérience (son enlèvement) et vouloir retourner dans le même enfer ? Quelle mouche a piqué Sophie Pétronin à risquer une fois de plus sa vie en revenant à Dougouba ? Le Révolté du Jour n’a aucun doute que Sophie soit lucide. Elle n’est pas folle du tout. Seulement, elle doit être hyper motivée pour accepter de se jeter une fois de plus dans la gueule du loup. À moins qu’elle n’en soit un !

Qu’on se le dise tout de suite : Sophie Pétronin est une nouvelle fois en mission à Dougouba. Elle a été envoyée par ses mentors pour entreprendre son bâton de déstabilisatrice de notre pays. Mais cette fois-ci, l’on change de site. Du nord du pays, elle se retrouve au Sud, jugé moins bruyant. De Gao où est implantée son ONG fantoche, dénommée Association d’Aide à Gao (sic), les services de renseignement localisent la mystérieuse Sophie à Sikasso. Bien entendu, cette information a été démentie par sa famille sur les antennes de nos confrères de RFI, soutenant que leur proche n’y a jamais mis les pieds. Mais elle ne révoque pas non plus l’information selon laquelle Sophie serait à Dougouba. Ce qu’on ne dit pas est dit !

Comment a-t-elle pu regagner notre pays, après qu’on lui ait refusé le visa ? Comment une personnalité aussi controversée que particulière a pu franchir les frontières dans l’illégalité totale ? Rien de plus simple à comprendre qu’elle a dû bénéficier de complicité. De qui ? Sans doute de responsables sécuritaires apatrides qui n’hésiteront pas à monnayer leur propre mère pour de l’argent ou autres avantages proposés par les ennemis de Dougouba. Alors, au lieu de perdre toutes vos énergies dans la recherche de Sophie Pétronin, économisez-les à faire démasquer les éventuels complices. En attendant, foutez la paix à la bonne dame, car elle est non coupable !!!
À mercredi prochain, Inch’Allah
Lassine M’Boua DIARRA

Source : Tjikan

MaliwebChroniques
Ce n’est nullement un roman, encore moins une science-fiction. Mais le scénario en a tout l’air. Il y a environ 72 heures, les réseaux sociaux et autres canaux de communication modernes se sont emballés face à un communiqué officiel émanant de la Gendarmerie nationale. Ledit communiqué annonçait la présence...