Cher grand-père ! Après l’échec de la Démocratie en Afrique francophone, place à la ‘’militarocratie’’. Oui grand-père, Aristote n’a pas connu ce régime politique et ne l’avait surement pas prévu dans la marche d’un pays. Ce n’est point la Monarchie, l’Aristocratie ou la Démocratie. Si ces trois mènent respectivement à la tyrannie, l’oligarchie ou l’anarchie en cas d’échec, au Sahel, nous stagnons à la ‘’militarocratie’’.

 

Oui ! Grand-père, tu ne connais pas ce régime politique. Non. C’est une création du Sahel. C’est une élection, pardon, une sélection entre les militaires au suffrage des armes. Il s’agit pour les militaires des forces spéciales les plus armées ou les plus influentes, au moindre souffle d’air, de se lever et faire un coup d’Etat dans un pays.

Une fois le coup d’Etat consommé, on ouvre une transition à 3 organes pour un mandat de 18 à 24 mois renouvelable sous le parrainage de la Cédeao et la Communauté internationale. Les 3 organes, à savoir, une présidence de transition offerte au chef de la force spéciale, un Conseil national et un gouvernement de transition, partagés entre les différentes corporations de l’armée et les regroupements d’influence du pays.

Une fois installée, la ‘’militarocratie’’, venue sans programme, sans planning et sans préparation tangue dans les sens. Elle tourne autour d’elle-même et de rien.  Elle fouille et cherche les poux partout même sur la tête des chauves. Elle ne vit que d’instant à l’instant. Chaque rat qui sort devient la guette nationale. Elle vit de coup de médias  et de matraquage, allant dans tous les sens.

N’ayant aucun planning et évitant tout conseil de retour à l’ordre constitutionnel et démocratique, la ‘’miltarocratie’’ s’attaque à tous les partisans de la Démocratie, des Libertés et des Droits. Elle branle le nationalisme et le langage populaire pour se donner une assise et se fait porteur d’espoir des rêves prônés des soleils des indépendances. Sans programme ni planning. Du jour au lendemain et populairement cru.

Et oui ! La ‘’militarocratie’’ empêchée par la lumière des deux millénaires et les lampes des 21 siècles et ne pouvant prospérer par les armes, décide de se maintenir par des langages et ambitions populaires. Le même que tiennent les candidats avant les élections. Des châteaux en Espagne et des illusions. Et le peuple jadis meurtri d’injustices et d’inégalités devient preneur et se promet sentinelle et le prêt-à-mourir de la ‘’militarocratie’’.

Oui grand-père, triste, la locomotive est lancée. Le mécanisme est activé et la ‘’militarocratie’’ est en marche. Il faut encore du temps pour comprendre. Il ne sert à rien de prêcher le contraire. L’illusionniste montre du pain à l’affamé. Entendre ne suffirait pas jusqu’à ce qu’il voit. C’est la mode. La ‘’militarocratie’’. Elle n’épargne point les élus et même eux-mêmes. La coupe des militaires et le vin des armes sur une table d’ignorance bien servie. A mardi, cher grand-père, pour ma 40ème lettre. Inch’Allah !

Lettre de Koureichy

SourceMali Tribune