Comment expliquer le succès grandissant des forces internationales dans leur lutte contre les terroristes au Mali ? Le seul fait que leur outil de collaboration s’aiguise n’explique pas tout ! Les langues des derniers embrigadés fanatiques se délient. 

Les temps changent, ces dernières semaines. On ne compte plus les communiqués des forces internationales qui luttent sans relâche contre le terrorisme au Mali et qui relatent les nombreux morts et prisonniers fait dans les rangs des terroristes. L’hémorragie qui semble toucher le Jama’at Nasr al-Islam wal Muslimin s’aggrave de jour en jour. Le 14 février Iyad Ag Ghaly, chef du JNIM, a perdu son bras droit : Malick Ag Wanasnat et dix de ses complices à la frontière algérienne,  le 01 avril dernier, ce sont 30 autres terroristes tués à la frontière nigérienne, enfin le 05 avril c’est le nord de Tombouctou qui a été débarrassé de 5 autres terroristes.

Tout le monde sait que comme sur un terrain de football, il est difficile pour une jeune équipe de briller à ses débuts. Et les progrès de coopération des FAMA et des forces internationales ne peuvent être à eux seuls l’explication d’un tel succès. La fièvre hémorragique qui touche le camp du terrorisme, annonciatrice d’une fin imminente, peut aussi s’expliquer par le fait que ceux qui sont muselés par la peur, choisissent enfin de parler.

Spectateurs de la chute imminente d’une organisation terroriste qui se meurt et qui s’impose par la terreur en prônant un islam dont le Mali ne veut pas, les embrigadés d’hier ne seront pas ceux de demain. Sans forcément parler du chemin de la raison, l’instinct de survie propre à chacun l’emporte et invite au choix de la parole afin d’aider les vainqueurs de demain.

La rédaction

Maliwebcontribution
Comment expliquer le succès grandissant des forces internationales dans leur lutte contre les terroristes au Mali ? Le seul fait que leur outil de collaboration s’aiguise n’explique pas tout ! Les langues des derniers embrigadés fanatiques se délient.  Les temps changent, ces dernières semaines. On ne compte plus les communiqués des forces...