Au Mali, la solidarité, l’entraide et le partage sont des valeurs millénaires. Ces valeurs unissent, rapprochent, créent et raffermissent toujours les liens de famille. Ainsi, depuis 2007, Moneygram-Mali, partage le mois béni de ramadan avec la communauté musulmane, en faisant don de sacs de sucre, de paquets de thé de Chine, de kilogrammes de lait, d’exemplaires du Saint coran ainsi que de moutons offerts aux imams de chaque mosquée bénéficiant du don. En effet, l’opération Sounakari, qui en est à sa treizième édition cette année, est dans l’optique de l’ouverture et de l’augmentation des dons aux différentes mosquées.

On rappelle que l’édition 2018 avait comme thème « Moneygram bawfo », ou « Moneygram vous salue », avec pour cible privilégiée les personnes âgées. L’édition 2018 a consisté, également, à faire directement des remises de dons aux domiciles de certains bénéficiaires choisis parmi les plus démunis. Pour l’édition 2019, le thème retenu est « Moneygram ka do fara dilikan » ou Moneygram donne plus », avec comme ambition de donner davantage aux bénéficiaires et, aussi, de diversifier les cibles en allant vers de nouvelles villes et de nouvelles mosquées.

C’est dans cette belle idée de partage et de solidarité que la première étape de  la 13ème édition de l’opération sounakari a démarré, mercredi 22 mai, à Selingué, à 130 km de Bamako. C’est dans une ambiance de joie que les populations de Sélingué ont accueilli l’équipe de Moneygram, pour la première fois.  Après la prière de 14 heures, deux exemplaires du saint Coran ont été remis à l’imam de la grande mosquée de Sélingué, ainsi qu’un bélier et une remise symbolique de kits composés de dattes, de thé Lipton, sucre, lait et thé vert.

«C’est la toute première fois que nous bénéficions de l’opération Sounakari de Moneygram et ses banques partenaires », a dit Adama Doumbia en priant que « cette première ne soit pas la dernière. Il a appelé tous les musulmans du monde à s’inspirer du modèle de solidarité de Moneygram, en aidant l’islam et tous les musulmans.  Abondant dans le même sens, Moussa Doumbia, fidèle musulman à Sélingué, a lui aussi remercié Moneygram et ses banques partenaires pour l’effort et la charité à l’endroit des musulmans de leur localité. « Nous sentons que Moneygram œuvre pour la paix, la cohésion et l’entente à travers tout le pays. » a-t-il dit.

Interrogé à la fin des remises symboliques,  Sory Ibrahima Goïta, chargé des transferts rapides à la BNDA, expliquera que l’innovation majeure de l’édition 2019 est le mode opératoire choisi. En effet, les villages choisis cette année, reçoivent le don pour la toute première fois. « Cette année, nous avons décidé de ne couvrir que de nouvelles villes », a précisé M. Goïta. S’exprimant sur la motivation de cette opération depuis 2007, il a souligné que chaque fois que l’équipe s’est déplacée, pour se rendre dans une localité, elle a été bien accueillie. Ce qui, selon lui, est une grande source de motivation dans la poursuite dans l’effort, « puisque cela montre, à suffisance, que ce que nous sommes en train de faire est une bonne chose », a-t-il dit. En outre, Sory Ibrahima Goita, s’est réjoui, cette année, de l’adhésion de la BIM-sa et de UBA-Mali à la coordination des banques qui passe, désormais, à 12 banques. Toute chose  qui permet à la famille Moneygram de s’agrandir et faire plus de dons aux fidèles musulmans, pendant le ramadan. Après Sélingué, l’opération Sounakari est arrivée à Diago le 23 mai. Dans cette localité, située à quelques kilomètres de Bamako, la ferveur et la bonne humeur étaient au rendez-vous. C’est tout le village qui est sorti pour ce grand premier passage de l’équipe de Moneygram et de ses banques partenaires.

Comme à Sélingué, les fidèles musulmans de Diago ont eux aussi reçu 200 kits composés de dattes, sucre, lait, thé, de thé Lipton. L’imam, quant à lui, a reçu un bélier à titre personnel et deux exemplaires du Saint-Coran pour la mosquée. Prenant la parole, après la prière collective de 14 heures, l’imam Yacouba Coulibaly, n’a pas caché sa joie et son émotion. « Je suis très heureux à plus d’un titre pour la simple et bonne raison que Moneygram et ses banques partenaires ont choisi de nous faire cet important don, sans connaître aucune personne à Diago. « Ce geste nous touche et nous honore. Nous prions pour que l’intention qui a amené cette œuvre puisse continuer tous les ans », a confié l’imam Coulibaly.  S’exprimant au nom des femmes bénéficiaires, Mariam Sidibé, quinquagénaire, a reconnu que c’est la toute première fois que l’équipe de Moneygram vienne leur remettre des kits pour la rupture du jeûne. « C’est au nom de l’islam que nous avons eu ce don. Cela nous encourage à dire à nos progénitures d’embrasser l’islam et de faire tout ce qui leur est possible pour cette belle religion », a dit Mariam Sidibé. Elle a, par ailleurs, souhaité que cette première ne soit pas la dernière, avant de prier pour la paix au Mali et partout dans le  monde.

Le vendredi 24 juin, Baguineda a accueilli, pour la toute première fois, l’équipe de Moneygram pour l’opération sounakari. Après la prière de 16 heures, l’imam de la grande mosquée de Baguinéda a reçu des mains d’Ousmane Coulibaly de la BMS-sa, deux exemplaires du Saint Coran pour la mosquée, un bélier pour lui-même et des kits pour tous les fidèles musulmans. L’imam Siaka Dagnon a remercié l’équipe Moneygram pour son passage à Baguinéda. Il expliquera ensuite que c’est l’image que doit véhiculer l’islam, une religion de paix et de solidarité, car pour lui, apporter de l’aide à son prochain, surtout pendant le mois béni du ramadan, ne peut être que salutaire et apprécié.  Après les étapes de Sélingué, Diago et Baguinéda, l’opération Sounakari de Moneygram  se poursuivra aujourd’hui à Ouélessébougou, Sanankoroba, pour s’achever demain à Bamako dans la grande mosquée de Niamakoro.

Abdoul Karim

Maliwebcontribution
Au Mali, la solidarité, l’entraide et le partage sont des valeurs millénaires. Ces valeurs unissent, rapprochent, créent et raffermissent toujours les liens de famille. Ainsi, depuis 2007, Moneygram-Mali, partage le mois béni de ramadan avec la communauté musulmane, en faisant don de sacs de sucre, de paquets de thé...