C’est un accusé décontracté, avec le sourire aux lèvres, qui a comparu, hier, à la barre dans l’affaire Imam Ndao et Cie. Abou Akim Mbacké Bao, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est revenu sur son séjour au nord du Mali dans les rangs d’Aqmi, son initiation au maniement des armes et des explosifs.

Le passage de l’accusé Abou Akim Mbacké à la barre de la chambre criminelle de Dakar restera forcément gravé dans les mémoires. Né en 1984, marié et père d’une fille, il a été attrait à la barre de cette juridiction pour les faits d’acte de terrorisme, association de malfaiteurs par menace en relation avec une entreprise terroriste, financement du terrorisme et blanchiment de capitaux. Il a commencé par nier les faits avant d’avouer qu’il a eu dans le passé à fréquenter une association de malfaiteurs dans le passé. Il s’agit du réseau des combattants djihadistes d’Aqmi établi au nord du Mali. Il faut dire que le système de défense de l’accusé a poussé certaines personnes et même le tribunal à s’interroger si l’accusé jouissait de toutes ses facultés mentales. Il a répondu par l’affirmative avant de revenir sur le film de son arrestation. « J’ai été arrêté au Burkina Faso. Nous étions dans bus en provenance du Niger pour rallier le Sénégal, lequel bus a été attaqué par des malfaiteurs. Je venais du nord Mali où j’étais avec des malfaiteurs membres d’Aqmi. Quand l’attaque a eu lieu, des gendarmes m’ont interpellé et m’ont conduit au poste. C’est comme ça que j’ai été arrêté », a-t-il dit. Sur une question de savoir pourquoi il a rejoint ce groupe, l’accusé a soutenu qu’il avait un souci d’argent parce qu’il s’activait dans le commerce et ne gagnait pas beaucoup d’argent.

« J’ai eu à surveiller des prisonniers pour le compte d’Aqmi »

Ainsi, Saliou Ndiaye alias Baye Zale, un des accusés dans l’affaire Imam Ndao et Cie, l’a mis en relation avec un nommé Annas qui lui a conseillé à son tour de rejoindre le nord du Mali. A l’en croire, ce dernier lui a dit que s’il réussissait à le faire, les gens d’aqmi allaient lui offrir beaucoup d’argent. Sur ce, Saliou lui a offert 10.000 francs pour son voyage. Cependant, à l’enquête et devant le magistrat instructeur, l’accusé avait donné une autre version des faits. Il avait déclaré que pendant ses études, il habitait à Ouakam où il a rencontré un Tunisien qui lui parlait du djihad. Et quand il a déménagé aux Parcelles assainies, les prêches de l’Imam Sall l’ont convaincu de rejoindre les rangs d’Aqmi. A la barre, hier, il a changé de fusil d’épaule en soutenant : « je dois dire que je suis allé jusque là-bas pour avoir de l’argent et revenir. Je voulais juste un contact. Au départ, les gens d’Aqmi me prenaient pour un espion, c’est pourquoi j’ai beaucoup galéré au nord Mali. Ensuite, ils m’ont amené dans un camp d’entraînement où je devais suivre une formation sur le maniement des armes et l’étude du Coran ». Après cette formation, l’accusé a eu à participer à des combats contre l’armée régulière du Mali. Il a même été désigné parmi ceux qui gardaient les otages. « J’ai eu à surveiller des prisonniers pour le compte d’Aqmi. C’était des occidentaux, notamment un Hollandais, un Suédois et un Sud-africain », a-t-il dit.

« Pour faire exploser des bâtiments et des véhicules, il faut… »

Revenant sur son séjour au nord du Mali, Abou Akim Mbacké Bao a déclaré qu’il a été entrainé à l’utilisation de la kalachnikov, du lance-roquette, de la grenade. Sur les explosifs, l’accusé a soutenu que les membres de sa troupe ont récupéré des bombes de l’armée régulière et ils les disséquaient pour en faire d’autre utilisation. « Je ne suis pas un professionnel pour faire exploser un bâtiment. J’ai été juste initié. Pour faire exploser un véhicule, il faut du nitrate d’ammonium, du pétrole, du gasoil, de l’huile de moteur et un produit jaunâtre. C’est ce mélange qui est utilisé aussi pour piéger les véhicules légers », a-t-il répondu à une question du maître des poursuites. Avant de poursuivre : « il y a aussi le TNT avec une petite quantité pour exploser les véhicules légers et une grande portion pour faire exploser les véhicules de combat des militaires. Selon lui, il a fini par gagner leur confiance et on lui a confié la formation d’une quarantaine de djihadistes. S’agissant des candidats au suicide c’est-à-dire les kamikazes, ils portent des gilets avec les poches remplis d’explosifs mélangés à ce produit jaunâtre. « Avez-vous l’intention d’expérimenter cela au Sénégal ? », a demandé le parquetier. L’accusé a dit « non ». « Connaissez-vous Imam Ndao ? », a demandé le parquetier. Il a rétorqué : « j’ai vu Imam Ndao une fois avant mon voyage au Mali. Nous n’avons pas de relation particulière. Je n’écoutais pas tellement les prêches de l’Imam. Et je conteste toute déclaration disant dit que ses prêches m’ont renforcé dans ma décision d’aller au nord Mali pour faire le djihad ». Toutefois, l’accusé a dit regretter ses actes. L’audience se poursuit aujourd’hui avec la suite de son audition.

Cheikh Moussa SARR

Source: rewmi.com

MaliwebAfriqueCrise malienneJusticeMali actuMalijetnord mali
C’est un accusé décontracté, avec le sourire aux lèvres, qui a comparu, hier, à la barre dans l’affaire Imam Ndao et Cie. Abou Akim Mbacké Bao, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est revenu sur son séjour au nord du Mali dans les rangs d’Aqmi, son initiation au maniement...