Ce même journal retrace une fois de plus le circuit de l’achat de l’avion présidentiel malien.

 

 IBRAHIM BOUBACAR KEITA IBK Moncef Marzouki TUNISIE DESCENTE AVION

Ainsi donc, des usines Boeing à son acquisition par le Mali, La Lettre du Continent a retracé en exclusivité le parcours du nouvel appareil très controversé d’lbrahim Boubacar Keita.

Au cœur d’un scandale politico-médiatique pour avoir acheté un nouveau Boeing alors que le Mali peine à sortir la tête de l’eau, lbrahim Boubacar Keita «lBK» n’a toutefois engagé aucune opération opaque voire douteuse pour cette acquisition.

Selon le confrère, le Boeing 8-737-700 a été commandé auprès des usines Boeing, à Seattle, le 18 octobre 1998 par Net Jets lnternational, une société américaine basée à Okatie, petite localité de 12 700 habitants en Caroline du Sud, pour environ 40 milliards F CFA (60 millions €). Le 30 juin 2000, il a été acquis par Akira lnvestments Pvt Ltd, un fonds d’investissement enregistré à Maharashtra, en lnde. Livré le 19 décembre 2000, l’appareil a aussitôt été mis en exploitation, d’abord sous le matricule N128 QS puis N164 RJ.

Le bel oiseau de fer a été racheté par I’Etat malien auprès d’Akira lnvestments, le 20 mars, pour un peu plus de 17 milliards F CFA (26 millions €), avec une option «équipements et réaménagement intérieur de standing» évaluée à un peu plus de 2 milliards F CFA (3 millions €), ce qui porte son coût global à près de 20 milliards F CFA (30 millions €).

L’acquisition a été rendue possible grâce à un emprunt auprès de la Banque de développement du Mali (BDM) et un apport en numéraires de l’État. Une fois les travaux de réaménagement et de revêtement intérieur terminés, l’avion devrait rejoindre le tarmac de l‘aéroport international de Bamako-Sénou pour une mise en service prévue le 30 mai, sous l‘immatriculation P4-PRM (Présidence de la République du Mali).

L’aéronef affiche moins de 10 000 heures de vol. Il sera opéré par Jet Magic Ltd, conformément à un contrat de gestion passé entre cette société basée à Sliema, dans les Îles de Malte, et l’Etat malien.

Pour amortir son coût, ‘’Air IBK One» pourra être loué, en périodes creuses, à des hommes d’affaires et des personnalités étrangères ou des artistes de renom. Voici donc une autre preuve qui pourra mettre fin à la polémique quant à l’achat de cet avion qui a suscité tant de commentaires.

Querelle de leadership entre IBK  et Sadio Lamine Sow :

Pour le contrôle de la Grande Loge nationale du Mali

Toujours selon ce journal, à la tête de la Grande loge de Roumanie, Radu Comanes a été élu le 18 mai à Bucarest secrétaire exécutif de la Conférence mondiale des Grandes Loges régulières. Soucieux de se rapprocher depuis plusieurs années de ses «frères de lumière» africains, Radu Comanes avait invité plusieurs grands maîtres du continent à ce raout. Mais à l’exception de deux d’entre eux – Clotaire Magloire Coffie, patron de la Grande Loge de Côte d’lvoire (Glci), et Roggy Kossi Paass de la Grande Loge nationale du Togo (Glnt) -, les autres se sont fait représenter par leurs obligés, à I’instar de Jean Lounana pour la Grande Loge du Congo-B, présidée par Denis Sassou Nguesso. Pahon de la Grande Loge du Gabon, Ali Bongo a, pour sa part, dépêché Jean Alevina. Enfin, Pascal Faber et Alain Coeffe représentaient respectivement la Grande Loge nationale de Guinée et la Grande Loge du Burkina. Petit couac: parrain de la Grande Loge nationale malienne, l’lvoirien Clotaire Magloire Coffie n’a pas réussi à imposer, au sein de la «confrérie» des grands maitres à Bucarest, son «poulain» Ibrahim Boubacar Keita. Ce dernier dispute depuis septembre 2013 la présidence de la GLNM à Sadio Lamine Sow

 La Rédaction

SOURCE: Le Prétoire
MALIACTUCrise malienne
Ce même journal retrace une fois de plus le circuit de l’achat de l’avion présidentiel malien.     Ainsi donc, des usines Boeing à son acquisition par le Mali, La Lettre du Continent a retracé en exclusivité le parcours du nouvel appareil très controversé d’lbrahim Boubacar Keita. Au cœur d’un scandale politico-médiatique pour...