C’est finalement deux chefs d’État qui ont effectué le déplacement contrairement aux trois annoncés précédemment. Ces dirigeants ouest-africains viennent s’entretenir avec leur homologue malien.

L’avion transportant le Président de la Gambie et sa délégation a atterri à l’aéroport Internationale Président Modibo Keïta-Senou aux environs de 11h. Moins d’une heure, plus tard, celui du Président ghanéen s’est posé sur le tarmac. Nana Akufo Addo est accompagné par le médiateur de la CEDEAO pour le Mali Goodluck Jonathan et une forte délégation.

Les deux chefs d’État ont été successivement accueillis par le Colonel Assimi Goita. Mais aucune déclaration n’a été faite sur place.

L’objectif de cette visite est d’obtenir la libération des 46 militaires ivoiriens détenus au Mali depuis près de 3 mois. Après avoir demandé en vain, la libération immédiate de ces hommes, le président Alassane Ouattara a saisi la CEDEAO il y a quelques semaines. L’organisation sous régionale et les Nations unies ont toutes appelé à la “libération sans condition” des militaires ivoiriens.

Des demandes rejetées par les autorités maliennes qui ont estimé que l’affaire est bilatérale entre le Mali et la Côte d’ivoire. Il faut rappeler que 3 soldates parmi les 49 militaires ont été libérées le 3 septembre dernier pour des raisons humanitaires selon les autorités maliennes.

L’impartialité, clé de cette médiation

« Cette mission de haut niveau à toutes les chances d’aboutir à une médiation favorable » estiment des politiques. Selon Dr Abdoul Sogodogo, universitaire et analyste politique, la réussite d’une médiation dépend de la partialité ou l’impartialité des médiateurs.

Studio Tamani