Dans l’affaire dite de l’acquisition de l’aéronef présidentiel et de la fourniture d’équipements militaires, le Procureur du Pôle économique, par un communiqué en date du vendredi 27 mars 2020, informe de la réouverture d’une information judiciaire et la formation d’un Cabinet d’instruction spécialisé.

 En effet, selon le communiqué du Procureur du Pôle Economique, en décembre 2019, suivant instructions écrites du ministre de la Justice, le Parquet a décidé de la réouverture des enquêtes. Cela, dans l’affaire relative à l’acquisition de l’aéronef présidentiel et à la fourniture aux forces armées maliennes d’un important lot de matériels d’habillement, de couchage, de campement et d’alimentation ; ainsi que des véhicules et pièces de rechange. Laquelle affaire avait préalablement fait l’objet  d’un classement sans suite, précise le communiqué.

Aussi, les investigations complémentaires menées par la brigade économique et financière du Pôle économique de Bamako ont permis de conforter les graves manquements à l’orthodoxie financière et comptable, relevés par le Bureau du vérificateur général. Cela avec des faits de détournements de deniers publics sur fond d’opérations frauduleuses pour un montant de 9 milliards 350 millions 120 mille 750 F CFA et de surfacturation par faux et usage de faux pour un montant de 29 milliards 311 millions 069 mille 068 F CFA.

En outre, le communiqué précise que qu’après exploitation des différents documents, le Parquet a requis de l’ouverture d’une information judiciaire et un cabinet d’instruction spécialisé du Pôle économique et financier de Bamako a été désigné ; pour instruire sur les faits de faux en écriture, usage de faux et complicité de ces faits, de complicité d’atteinte aux biens publics par usage de faux et autres malversations et de complicité de favoritisme. Cela, contre les nommés Sidi Mohamed Kagnassy, Amadou Kouma, Nouhoum Kouma, Soumaila Diaby, Mahamadou Camara et Marc Gaffajoli.

Par ailleurs, en raison des graves présomptions de faits de faux en écriture, usage de faux, atteinte aux biens publics, corruption et délit de favoritisme, qui ont pu être relevées à l’encontre des nommés Soumeylou Boubèye Maiga, Mme Bouaré Fily Sissoko et Moustapha Ben Barka qui étaient tous ministres au moment des faits, le Parquet a procédé à la transmission des éléments d’enquêtes au Procureur général de la Cour Suprême pour saisine de l’Assemblée nationale. Cela, conformément aux dispositions pertinentes des articles 613 du Code de procédure pénale et 15 de la Loi partant composition, organisation et fonctionnement de la Haute Cour de Justice.

Le Procureur rappelle que les personnes citées sont présumées innocentes à ce stade de la procédure et que des investigations objectives, transparentes et diligentes seront menées pour faire toute la lumière dans cette affaire.

Enfin, le Procureur informe que s’agissant des autres affaires portées à la connaissance du Parquet, notamment cela relative aux avions cloués au sol, les investigations suivent normalement leurs cours.

Dieudonné Tembely   

Source: L’Evènement

MaliwebCorruptionCrise maliennemaliweb
Dans l’affaire dite de l’acquisition de l’aéronef présidentiel et de la fourniture d’équipements militaires, le Procureur du Pôle économique, par un communiqué en date du vendredi 27 mars 2020, informe de la réouverture d’une information judiciaire et la formation d’un Cabinet d’instruction spécialisé.  En effet, selon le communiqué du Procureur...