Après les arrestations des 16 syndicalistes perturbateurs de la police nationale, on était sans nouvelle du secrétaire général du syndicat de la police nationale, l’adjudant chef Siméon Keita, qui avait trouvé refuge dans une paroisse derrière la ville garnison de Kati. Pendant ce temps ses camarades syndicalistes étaient cloîtrés depuis le vendredi 5 avril entre les quatre murs dans un camp militaire de la place.

Simeon Keita, secrétaire général  syndicat Police nationale

Simeon Keita, secrétaire général syndicat Police nationale

Le lundi dernier Siméon été aperçu à l’école nationale de police où il est en formation spéciale avec d’autres fonctionnaires de police. Convoqué le mardi au camp I de la gendarmerie à Darsalam, le chef de la SPN sera auditionné puis gardé , de même que son compère Ousmane Touré. Les enquêtes et les auditions  se poursuivent malgré  des mises en scène de grève de la faim du premier groupe des 16.

 Le ministre de la Sécurité Intérieure, le général de gendarmerie Tiéfing Konaté est aujourd’hui, plus que jamais déterminé à sortir pour de bon cette vermine qui avait tendance à s’installer confortablement au sein de ce corps. Humilié et traité de tous les noms d’oiseaux de mauvais augures, le Général Tiéfing a, cette fois-ci sue réagir avec fermeté. Sa démission en main, il insistera auprès du chef du gouvernement afin que les auteurs de cette insécurité soit arrêtés. Il fallait faire un choix entre lui et syndicalistes perturbateurs. Il aura les coudées franches du chef du gouvernement.

Les populations suivent de près l’évolution de la situation. Pour la quasi-totalité des maliens, le ministre doit aller jusqu’au bout de son action. Il faut radier ces éléments et les mettre à la disposition de la justice, afin qu’ils répondent des actes graves  qu’ils ont posé. C’est en posant de tels actes que l’on commencera par restaurer la discipline et la chaîne de commandement. La radiation des effectifs de la police nationale et la mise à disposition de ces éléments est  aujourd’hui une nécessité. Le général Tiéfing ne doit pas reculer car c’est de sa  personnalité voire son honneur souillé qu’il est question.  Après le limogeage du directeur général Wodiouma Koné, de Sanogo, de Soumaïla Coulibaly (démissionnaire), le ministre doit poursuivre son nettoyage. La récréation qui a trop duré a permis de battre copieusement le chef de l’état par intérim du Mali au su et au vu des forces de sécurité, d’enlever et de battre des journalistes, des directeurs de journaux et de paisibles citoyens. Heureusement que l’on peut compter sur la fermeté du nouveau DG de la police, Alioune Diamounténé qui est un homme de poigne, un vieux briscard et ne badine pas avec le règlement. Le choix de Tiéfing  est-il le bon ? A l’œuvre on jugera le DG Alioune Diamounténè qui, a peine nommé, reçoit l’ultimatum des syndicalistes par rapport à la libération dans les 48 heures de leurs camarades arrêtés.

Sinaly

La liste des fonctionnaires de la police arrêtés

Siméon Keita

Ousmane Touré

Major Hamidou Togola

Siriman Fané

Mamadou Y Diarra

Drissa Traoré

Moussa D Diarra

Samba Diakité

Yaya Sanogo

Ousmane Dembélé

Safiatou Sangaré

Ibrahim Dembélé

Mohamed Mounkoro

Moussa Cissé

Samba Diakité

Souleymane Cheick Fissourou

Fadiala Maiga

Fatoumata Konaté