Après avoir planché sur le rôle de sauveur de ATT au triple plan de son intervention le 26 mars 1992, de son statut de bâtisseur et de sa stratégie à nous éviter le sale dessein préparé par Sarkozy contre notre peuple (comme le témoigne  M. Hama Ag Mahmoud en charge des affaires Extérieures dans le Conseil Transitoire de l’Etat de l’Azawad :  » La France nous avait donné son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad « ), nous abordons aujourd’hui l’éventualité selon laquelle ATT serait un comploteur ou la victime d’un complot. Toujours est-il que nous ne pensons guère avoir le monopole de la vérité, nous relatons juste des faits, quelques faits parmi tant d’autres, en guise d’éclairage.

ATT AMADOU TOUMANI TOURE ANCIEN PRESIDENT MALIEN

Att le comploteur
C’est le communiqué en date du samedi 28 décembre 2013 qui transcrit que ATT serait un traitre (haute trahison), en fait un comploteur (en intelligence avec les assaillants venus de Libye) et qui aurait violé son serment. En effet, ledit communiqué indique que   » le gouvernement du Mali informe l’opinion publique nationale et internationale que l’Assemblée nationale, siège de la Haute Cour de justice, vient d’être saisie par la lettre n°285/PG-CS du 18 décembre 2013, d’une dénonciation des faits susceptibles d’être retenus contre Amadou Toumani Touré, ancien président de la République pour haute trahison « .

Selon le gouvernement, ATT serait poursuivi  » pour violation de serment prêté, non opposition aux forces étrangères, destruction ou détérioration volontairement de l’outil de défense nationale, démoralisation de l’armée, opposition à la circulation du matériel de guerre, et négligence ou inobservation des règlements « .

Il s’agit de faits prévus et réprimés par l’article 33, al 2 du Code pénal, l’article 33, al 2 du Code pénal, l’article 34, al 2 du Code pénal l34, al 3 du Code pénal, et l’article 39, al 2 du Code pénal.

Il faut noter que les poursuites contre ATT ont d’abord été annoncées par le capitaine d’alors Amadou Haya Sanogo qui en faisait une des motivations ou justifications de son  » coup d’Etat « . Et les soutiens politiques du CNRDRE en ont fait leur cheval de bataille pour obtenir les faveurs de l’opinion publique nationale. Du coup, les 20 ans de démocratie malienne, que d’aucuns qualifiaient d’exemplaire, sont traités de tous les noms d’oiseaux. A juste titre si l’on s’en tient aux défaillances du système : une démocratie alimentaire où les partis politiques ont démissionné au profit d’un indépendant de surcroît porteur d’uniforme ; une démocratie qui a échoué à relever l’école malienne, à distribuer une justice saine en ce qui concerne en particulier la gestion des maires et de certains ministres, ou les ardoises d’opérateurs économiques. A tort si l’on sait que les 20 ans de démocratie ont apporté plus de liberté d’expression, de progrès indéniable en termes de développement dans plusieurs domaines tels les infrastructures, l’entrepreneuriat … Et surtout que ceux qui délivraient ces messages sont généralement aussi comptables de ces 20 ans de démocratie au plus haut niveau (Assemblée nationale et gouvernement) et que, on l’aura constaté, ce sont les caciques des 20 ans de démocratie Ibrahim Boubacar Kéïta, Soumaïla Cissé, Modibo Sidibé, Dramane Dembélé, Ousséiny Amion Guindo qui ont occupé le peloton de tête de l’élection présidentielle comme pour dire que les Maliens ne voulaient pas du changement, sauf à vouloir changer pour avoir du nouveau avec du vieux, en commençant d’ailleurs par le plus vieux d’âge et d’expérience dans les hautes fonctions (IBK) et à sa suite les moins initiés.

ATT poursuivi pour  » violation de serment prêté, non opposition aux forces étrangères, destruction ou détérioration volontairement de l’outil de défense nationale, démoralisation de l’armée, opposition à la circulation du matériel de guerre, et négligence ou inobservation des règlements  » ? Ce sont là des faits qui lui sont reprochables dans la forme sur la base qu’effectivement des forces du mal ont franchi nos frontières avec une incapacité temporaire de nos forces régulières de les repousser au plus vite (17 janvier au 21 mars 2012). Mais comment cette accusation pourrait prospérer dans le fond pour qui sait que sous les différents régimes notre pays a connu les mêmes faits de guerre par les mêmes personnes dans la même zone géographique et la destruction ou détérioration volontairement de l’outil de défense nationale (absence d’entretien et démolition d’engeins de guerre, destruction d’armes à l’occasion de « la flamme de la paix »), la démoralisation de l’armée (népotisme dans le recrutement, radiations abusives, intégrations systématiques de rebelles avec des grades de complaisance). Attention donc à ces cas qui font forces de jurisprudence !

En tout état de cause, ATT par erreur ou par rupture de sa stratégie par les événements du 22 mars 2012 à se sortir et avec lui le Mali des attaques perpétrées au septentrion puis au Sud, a préféré dans les deux cas (face aux assaillants du nord et à ceux du sud) la sagesse de ne point insister sur une confrontation dont l’issue serait dramatique dans un cas comme dans l’autre, et axer ses forces sur  la négociation. Ces négociations ont convaincu une partie des assaillants du nord qui ont rendu leurs armes contre la prime à la paix, armes qui ont renforcé les équipements militaires du Mali et réduit la nuisance des assaillants. Au sud, ATT s’est ouvert au dialogue jusque dans son Palais. Et l’adversaire a profité de dérapage lors d’échanges avec le médiateur qui, selon certaines informations, s’apprêtait avec des camarades à faire un coup d’Etat. Le complot contre ATT ne se corsait-il pas dès cet instant ? Et si ATT avait tenu au pouvoir comme d’autres à travers le monde, qu’adviendrait-il du Mali au sud comme au Nord ? Nous estimons que cet homme a tout fait pour sauver ce pays et croyons même qu’il est prêt, si ce peuple le lui demande, à donner sa vie. En venant sous le drapeau, il n’excluait certes pas cette éventualité. Le 26 mars, il pouvait également perdre la vie. Mais il ne s’agira pas seulement de lui prendre la vie, il s’agira également d’en justifier les raisons, ATT n’ayant pas la bouche dans sa poche, et en subir les conséquences face aux populations et à l’éternel.

ATT victime de complot
De ce qui précède, vous avez senti le bout du complot venu de la France pour transiter dans l’entourage de ATT et profiter aux membres du CNRDRE. Kadhafi est mort de ce complot et les Libyens en font aujourd’hui les frais, d’ailleurs c’est l’Afrique qui en fait indirectement les frais. Kadhafi vivant dérangerait peut-être, sinon il aurait fallu le chasser simplement du pouvoir. ATT en liberté dérangerait également alors il faudrait le juger pour l’écarter à jamais de la gestion de ce pays même pour de simples consultations. Surtout que celui qui préside aujourd’hui aux destinées de ce pays, quelque soit le malentendu entre lui et ATT, n’est autre que le parrain au mariage de la fille d’ATT, celui à qui ATT a remis le sceptre honorifique à lui offert par les populations du Mandé, celui qu’il a personnellement placé à la tête de l’Assemblée nationale, celui avec lequel et son parti il a partagé le pouvoir du début à la fin tant au niveau de l’Assemblée nationale que du gouvernement, parce que celui-là, IBK, a fait de lui président de la République en 2002 en lui accordant ses consignes de vote. Ce frère IBK n’est-il pas sous l’influence de fossoyeurs ? Dans ce Mali de tolérance et de sagesse, un tel procès prospère difficilement en présence des notabilités qui alors auront du mal à évoluer dans le concert de la réconciliation. Car ce n’est pas du tout ATT qui oppose les Maliens aujourd’hui, c’est la lenteur dans la reconquête de Kidal et les primes de victoire accordées aux responsables du MNLA qui nous pincent le cœur.

ATT à la barre ? Avec qui donc comme complices sans tourner le regard vers les députés qui ont voté toutes les résolutions présentées par les différents gouvernements de ATT, notamment celle portant sur l’Accord d’Alger de 2006 ? Qui a vu un seul député prendre l’initiative d’une motion de censure ou d’une question orale,  ou d’une simple déclaration publique sur la trahison reprochée aujourd’hui à ATT ?

En vérité, est-ce par la faute de ATT ou de ceux qui l’ont chassé du pouvoir que l’Etat s’est effondré notamment à Kidal, Tombouctou et Gao ? N’est-ce pas le coup de force du 22 mars qui a rompu la chaine de commandement militaire en jetant en prison les chefs du commandement et les ministres ?

Comment peut-on accuser ATT comme tel et poser notre regard sur les responsables du MNLA dans l’hémicycle et qui ont déchiré le drapeau malien, violé des femmes maliennes, abattu nos soldats désarmés, amputé des citoyens maliens, détruit des mausolées …?

Au Mali, nous ne devons manquer de sagesse et d’esprit de tolérance au point d’écouter les sirènes de la vengeance et du déshonneur. A vouloir prouver notre patriotisme, notre amour pour ce pays et notre engagement envers les générations futures, il n’y a rien d’autre à placer avant la libération de Kidal et la destruction pure et simple du MNLA en mettant à la barre ceux qui ont dressé les armes contre ce pays et ses enfants malgré les voies démocratiques et la main tendue des présidents ATT, Dioncounda et IBK. En ne le faisant pas, nous aurions trahi le Mali et insulté l’avenir. C’est après ce geste noble que nous pourrions interpeller ATT si d’aventure le peuple en exprimait la nécessité.

Mamadou DABO

SOURCE: Zénith Balé

kanteCrise malienne
Après avoir planché sur le rôle de sauveur de ATT au triple plan de son intervention le 26 mars 1992, de son statut de bâtisseur et de sa stratégie à nous éviter le sale dessein préparé par Sarkozy contre notre peuple (comme le témoigne  M. Hama Ag Mahmoud en...