En vue de mesurer le chemin parcouru et se projeter dans l’avenir, le monde entier a célébré hier, mardi 1er décembre 2020,  la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida. Le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), M. António Guterres a profité de cette occasion pour adresser un message au monde entier.

Selon les données, depuis 1988, le 1er décembre de chaque année, le monde entier célèbre la Journée Mondiale de Lutte Contre le Sida. Elle a été instituée par  l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette journée est organisée en soutien aux personnes vivant avec le VIH. L’édition de cette année 2020 est célébrée dans un contexte particulier marqué par l’épidémie de la maladie à Coronavirus (Covid-19). C’est ce qui fait que l’ONU-SIDA a décidé de choisir le thème : ‘’Solidarité Mondiale et Responsabilité Partagée’’.

Il ressort des données que le programme commun des Nations Unies sur le VIH-Sida souhaite ainsi faire le lien entre la santé, les droits humains, l’égalité et la solidarité. Le programme commun des Nations Unies sur le VIH-Sida précise que six millions de personnes vivant avec le VIH n’ont pas accès à un traitement et que, chaque année, 100 millions de personnes tombent dans l’extrême pauvreté pour payer leurs soins.

À l’occasion de cette Journée Mondiale, il ressort du message du  Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), M. António Guterres qu’ « alors que l’attention du monde entier est portée sur la crise liée à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), la Journée Mondiale du Sida est l’occasion de rappeler qu’il ne faut pas perdre de vue une autre pandémie mondiale, toujours présente près de 40 ans après son apparition ».

Pour le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), « malgré les grands progrès réalisés, la crise liée au sida reste d’actualité ». Selon M. António Guterres, « encore 1,7 million de personnes sont infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) chaque année, et quelque 690 000 en meurent. Et les inégalités font que celles et ceux qui sont les moins capables de défendre leurs droits demeurent les plus touchés ».

Aux dires du Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), M. António Guterres, « la COVID-19 est venue nous rappeler brutalement que les inégalités en matière de santé touchent chacun et chacune d’entre nous.   Le péril de l’un est le péril de tous. Les enseignements tirés de la lutte contre le VIH peuvent être très utiles dans le cadre de la lutte contre la COVID-19. Nous savons que, pour mettre fin au sida et vaincre la COVID-19, nous devons éliminer la stigmatisation et la discrimination, placer l’être humain au cœur de notre action et prendre des mesures axées sur les droits humains et tenant compte des questions de genre. L’accès aux soins de santé ne devrait pas dépendre du niveau de richesse  des uns ou des autres. Nous avons besoin d’un vaccin contre la COVID-19 et de traitements et de soins pour lutter contre le VIH qui soient abordables et accessibles à tous et toutes, partout. La santé est un droit humain », a ajouté le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Selon M. António Guterres, « pour parvenir à une couverture sanitaire universelle, il faut que la santé soit une priorité d’investissement de premier plan. « En cette Journée mondiale du sida, prenons conscience que, pour vaincre la COVID-19 et mettre fin au sida, nous devons être solidaires les uns des autres et partager les responsabilités », a laissé entendre le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies.

TOUGOUNA A. TRAORE

NOUVEL HORIZON

MaliwebCrise malienne
En vue de mesurer le chemin parcouru et se projeter dans l’avenir, le monde entier a célébré hier, mardi 1er décembre 2020,  la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida. Le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), M. António Guterres a profité de cette occasion pour adresser...