Les attaques au centre du Mali, après un semblant de trêve, ont repris depuis hier soir et continuent en ce moment selon nos sources. Après des cris de détresse de certaines populations de Badiangara hier, ce jour 23 Mars 2019, la vie est aux couleurs de l’enfer. D’après des sources locales, le préfet aurait annoncée la mort d’au moins une cinquante (50) de personnes tuées et une quarantaine (40) de blessés dans le village d’Ogossagou peul, dans le cercle de Bankass.

 

Si Dioura est martyrisée, le centre du Mali vit un nettoyage ethnique, perpétré depuis des mois par des criminels et des terroristes que personnes ne parvient à identifier précisément. Plusieurs maisons et greniers des populations auraient été incendiées d’après nos mêmes sources, proches de ces scènes horribles d’« exécutions sommaires » subies par des  communautés. Un marabout et toute sa famille auraient été exécutés froidement.

D’autres villages, notamment Welingara vivrait les mêmes ravages depuis 8heures selon d’autres sources locales. C’est une véritable boucherie à laquelle se sont adonnés ces bourreaux lourdement armés et sauvagement en action. Ce bilan ne serait que provisoire pour l’instant au regard de la gravité de la situation et des forces nuisibles présentes sur le terrain et régnant en maitres absolus.

A suivre

Figaro mali

MaliwebCrise malienneSociété
Les attaques au centre du Mali, après un semblant de trêve, ont repris depuis hier soir et continuent en ce moment selon nos sources. Après des cris de détresse de certaines populations de Badiangara hier, ce jour 23 Mars 2019, la vie est aux couleurs de l’enfer. D’après des...