L’information a été confirmée par l’armée malienne dans un communiqué publié le mercredi dernier. Ces 11 soldats faisaient partie de la soixantaine de militaires restés sans nouvelles après l’attaque perpétrée la semaine dernière contre leur base à Boulkessy et Mondoro, à la frontière avec le Burkina Faso. Selon l’État-major, ce retour a été possible grâce à l’opération de ratissage des FAMAs dans la localité. Leur retour s’effectue alors que dans les camps militaires à Djikoroni-Para et au « Camp Kurani » de Koulouba, plusieurs épouses de militaires expriment leur colère et exigent « plus de moyens » pour les militaires au front.

Le camp de Boulkessy qui était entre les mains des groupes terroristes a été récupéré par l’armée malienne, selon le communiqué de l’armée. Cela fait suite à de violents combats avec les assaillants. Les opérations pour l’identification et l’évaluation sont toujours en cours. Selon l’armée malienne, ces actions doivent « permettre de nettoyer la forêt, dont les terroristes ont pris la direction vers la frontière avec le Burkina Faso ».

Après les violents affrontements survenus dans la nuit de dimanche à lundi, le gouvernement avait annoncé un bilan de « 25 soldats maliens tués, 4 autres blessés et évacués à Sévaré, une quinzaine de terroristes neutralisés et une soixantaine de militaires le bilan pourrait être beaucoup plus lourd  disparus ». Mais selon des sources non officielles.

La localité de Boulkessy est régulièrement la cible d’attaques armées contre les positions des FAMas. En mars 2017, une attaque a provoqué la mort d’au moins 11 soldats.

Niono :

L’AMDH souhaite que l’affaire soit confiée à la gendarmerie

Les enquêtes se poursuivent dans la ville de Niono, selon des sources locales. Un comité de crise a été mis en place à cet effet, pour appuyer ces enquêtes, expliquent les responsables de la société civile. Cependant, Ils demandent que des dispositions soient prises pour éviter de telles situations. Au cours des manifestations à Niono, le commissaire, Issiaka Tounkara a trouvé la mort. A la suite de ces évènements, l’Association Malienne des Droits de l’Homme a rendu visite aux personnes interpelées et détenues à Ségou. Objectif : «s’enquérir de leurs conditions et veiller au respect de leurs droits élémentaires ». Pour l’instant, expliquent les responsables de l’AMDH, « les prévenus ne dénoncent pas de mauvaises conditions de détention ». « Nous avons constaté que les détenus sont repartis entre deux cellules, et que les hommes et les femmes ne sont pas ensemble. Ceci est très important en matière de détention », se rejouit Drissa Traoré, coordinateur du projet conjoint FIDH-AMDH, qui a demandé à la police que les personnes interpelées soient maintenues dans de meilleures conditions de détention. « Nous également demandé que les enquêtes soient confiées à la gendarmerie dans un souci d’impartialité, sachant bien que dans cette affaire la police est victime », recommande le défenseur des droits de l’Homme. Pour cela, l’Association malienne des droits de l’Homme exhorte la justice à diligenter les enquêtes. Cependant, ses responsables entendent rencontrer dans les prochains jours le ministre de la justice. Cette rencontre vise à plaider des enquêtes dans des conditions légales.

Gao :

Braquage et vol  au quartier Gadeye

Des hommes armés ont braqué, le jeudi dernier, une femme sur sa moto au quartier Gadeye près du Tombeau des Askia. Ils l’ont tabassée avant de partir avec sa moto. Elle a été légèrement blessée et traumatisée. Au même moment un jeune de 16 ans a été molesté par des jeunes. Il est accusé de vol. La police a arrêté certains agresseurs, d’autres ont fui. Une enquête est en cours afin de les retrouver.

Gao :

Meeting des syndicats des enseignants signataires du 15 octobre 2016

Le Collectif des syndicats des enseignants signataires du 15 octobre 2016 de Gao a organisé l’école Sosso Koïra un meeting d’information sur les doléances et le compte rendu des négociations avec le gouverneur le week-end dernier. Les responsables syndicaux ont réitéré leur engagement dans la lutte pour la satisfaction totale des 11 points de revendication. Un autre préavis de grève n’est pas à écarter.

Bourem :

Mise en place d’un programme social

aborer un programme d’urgence sociale à impacts rapides des besoins des communautés, est l’objectif d’un atelier organisé, le jeudi 03 octobre 2019, à Bourem. Initié par le Comité local d’orientation de coordination du suivi des actions de développement (Clocsad), la rencontre a été financée par la MINUSMA à travers l’Autorité intérimaire de Bourem avec l’appui technique de l’ADR (Agence de Développement Régional) de Gao.

Macina :

Mis en place d’un nouveau bureau  du  Conseil communal de la jeunesse

Le Conseil communal de la jeunesse (CCJ) de Macina a mis en place la semaine dernière son nouveau bureau. Ibrahim Tangara est élu président pour un mandat de 3 ans par les représentants des 22 villages et des 6 quartiers. Il a placé son mandat sous le signe de l’entente entre les jeunes. Les autorités locales ont salué la maturité de la jeunesse lors de l’élection.

Banamba:

Formation des animateurs  de centres scolarisation

A Banamba, région de Koulikoro, une quarantaine d’animateurs des centres de Stratégie de scolarisation accélérée (SSA) des enfants d’âge de 06 à 12 ans ont bouclé  la semaine dernière un atelier de formation. Organisé par l’ONG ASORO, l’objectif est d’outiller les animateurs des centres SSA de compétences leur permettant de s’approprier la philosophie de la SSA et la méthodologie des disciplines, pour la tenue des centres SSA. Les participants sont venus des localités de Dinandoudou, Sirakorola et Madinasacko. L’atelier a duré 1 mois

Niger :

Washington promet des récompenses pour arrêter le chef djihadiste

Deux ans après l’embuscade jihadiste au Niger qui a coûté la vie à quatre soldats américains et quatre Nigériens, les Etats-Unis ont promis vendredi des récompenses pouvant atteindre cinq millions de dollars en échange d’informations pour localiser le chef local du groupe Etat islamique. Le 4 octobre 2017, une patrouille conjointe de onze soldats des forces spéciales américaines et 30 soldats nigériens avait été attaquée par des combattants affiliés à l’Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) équipés d’armes automatiques, de grenades et de mitrailleuses à proximité du village de Tongo Tongo, à une centaine de kilomètres de Niamey, près de la frontière avec le Mal i.Un responsable du département d’Etat américain a annoncé vendredi à l’AFP “deux récompenses” en ce “jour anniversaire de l’embuscade”, les premières dans cette enquête.”La première peut aller jusqu’à cinq millions de dollars pour toute information permettant l’identification ou la localisation d’Adnan Abou Walid Sahraoui”, le chef de l’EIGS, “une organisation terroriste qui a revendiqué l’embuscade”, a-t-il déclaré.Ce chef jihadiste “a un très, très long passé d’appartenance à des organisations terroristes, dont Al-Qaïda”, et a été inscrit l’an dernier sur la liste noire américaine, a-t-il ajouté.La seconde récompense, d’un même montant, vise à permettre “l’arrestation ou la condamnation dans n’importe quel pays de toute personne qui a commis, ourdi ou favorisé l’embuscade”.Les Etats-Unis, où ce guet-apens a suscité un vif débat sur la justification de la présence de 800 soldats américains dans cette région du monde, ont d’abord donné la priorité aux enquêtes internes sur cette opération ratée.

Source: L’Aube

MaliwebCrise malienne
L’information a été confirmée par l’armée malienne dans un communiqué publié le mercredi dernier. Ces 11 soldats faisaient partie de la soixantaine de militaires restés sans nouvelles après l’attaque perpétrée la semaine dernière contre leur base à Boulkessy et Mondoro, à la frontière avec le Burkina Faso. Selon l’État-major,...