L’émotion est encore forte  après l’attaque meurtrière menée vendredi 1er novembre  dernier,  contre  un poste de l’armée dans la région de Menaka. Attaque  qui a fait plus de 54 morts, dix portés disparus, selon le dernier bilan officiel. Ces tueries ont provoqué de nombreuses  réactions de condamnation à l’intérieur et à l’extérieur du Mali.

Plusieurs partis ont exprimé leur indignation  et condamnation suite à cette attaque d’Indelimane.

Ainsi, pour le front de sauvegarde de la démocratie, le (FSD),  dans une déclaration  dénonce la détortiation  et l’aggravation de la situation  sécuritaire  est de la responsabilité du chef de l’Etat et de  son gouvernement. En effet,  le FSD : déclare que : «  le président de  la République, Ibrahim Boubacar Keita, est responsable  de la  dramatique situation du Mali. La responsabilité du président, c’est d’avoir fermé les yeux et couvert les détournements de deniers publics à large échelle et à ciel ouvert sur les allocations budgétaires destinées à l’achat d’équipements et  de matériels militaires . » ;Et le FSD a tenu  à mettre en garde ,de  prévenir : «  Nous disons  BON CA SUFFIT pour  cette majorité silencieuse qui attend que nous lui montrons le chemin … Nous disons NON CA  SUFFIT  pour ne plus être la risée de nos voisins et  de la communauté internationale. Nous ne  nous limiterons plus à dire, dénoncer. Nous allons agir et nous attendons agir avec tous les patriotes aujourd’hui engagés pour la survie du Mali »

Pour sa part ,l’URD ( l’union pour  la République et la démocratie) attire l’attention sur le dénuement matériel de l’armée, Aussi, le parti exhorte : «  une fois de plus le gouvernement à mieux équiper nos Forces Armées et de sécurité en vue du renforcement de leur dispositif de veille et de renseignements et à mener des réflexions approfondies dans le but de circonscrire l’insécurité grandissante dont les conséquences désastreuses deviennent , de plus en plus, insupportables et pour l’armée et pour les populations civiles. »

Autre condamnation,  elle émane  du  parti FARE. La formation dirigé  par l’ancien premier ministre, Modibo Sidibé condamne : « ces lâches et ignobles attaques et s’inquiète de l’aggravation de plus en plus dramatique de la situation sécuritaire de notre pays » qui a atteint depuis longtemps le seuil de l’intolérable ».

En outre, le parti  FARE  exhorte le  Président de la République et à son Gouvernement » qui demeurent les seuls responsables de la déliquescence de notre pays, de ne s’inscrire que dans la défense de l’intégrité territoriale de notre pays qui demeure notre première priorité. : « Le Mali est en guerre, les fossoyeurs de notre nation et de notre Etat répondront de leurs actes devant le Peuple Malien. »

L ’Adema-PAS, quant à elle demande au Gouvernement de tout mettre en œuvre pour renforcer le dispositif du renseignement militaire par des méthodes appropriées afin d’anticiper sur ce genre d’événements tragiques, qui endeuillent toute la nation.

Par ailleurs, le Rassemblement pour le Mali (RPM) condamne fermement cette attaque ignominieuse, lâche et barbare qui est l’expression d’un terrorisme obscurantiste face auquel le peuple du Mali répondra par le sursaut national et l’union sacrée de tous les patriotes et de tous les  démocrates.

Pour sa part, le PACP s’interroge fortement sur la stratégie réelle de nos autorités et de l’appréciation faite par la hiérarchie militaire qui peine à contenir des terroristes peu nombreux en 4×4 et sur des motos : « Cette   tragédie   fait suite à celles récentes de MONDORO et BOULKEISSI et des plusieurs autres semaines après semaine, Trop c’est trop, nous devons agir et trouver des moyens d’arrêter cette hémorragie macabre ! »

La communauté internationale condamne

Les Nations Unies ont fermement condamné l’attaque terroriste commise vendredi contre les Forces armées  à  Indelimane.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA), Mahamat Saleh Annadif, a très fermement condamné cette attaque terroriste. : « En ces douloureuses circonstances, et au nom de la famille des Nations Unies au Mali, je tiens à exprimer toute ma solidarité au gouvernement et au peuple maliens, ainsi que mes encouragements aux forces de défense et de sécurité » a indiqué M. Annadif dans un communiqué publié par la MINUSMA au lendemain de l’attaque

La MINUSMA réaffirme toute sa détermination à œuvrer, conformément à son Mandat, aux côtés des autorités et du peuple maliens, ainsi que des partenaires internationaux, pour un retour définitif de la paix.

L’ambassade de Russie au Mali, dans une déclaration condamne également l’attaque t du 1 novembre : « Toute violence armée compromet le processus de paix au Mali et rend difficile la mise en œuvre de l’Accord d’Alger.  Nous exprimons nos plus sincères condoléances et notre compassion au Gouvernement et au peuple du Mali ainsi qu’aux parents et aux proches des victimes et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés de cette tragédie épouvantable. »

La France,  appelle  à “redoubler d’efforts dans la lutte contre le terrorisme, afin de mettre fin au plus vite à l’engrenage des violences ”, dans une déclaration de son ministères des Affaires étrangères.

« Le moment est arrivé de sanctionner tous les auteurs des atrocités au Mali ». Cette déclaration est du représentant de l’Union Africaine au Mali. Pierre Buyoya a condamné cette attaque et s’inquiète de la  détérioration  de la situation.

Une source officielle du ministère des Affaires étrangères  de l’Arabie Saoudite a exprimé la condamnation et la dénonciation par le Royaume d’Arabie Saoudite de l’attaque terroriste visant le poste militaire d’Indelimane., La source a présenté ses condoléances aux familles des victimes, au gouvernement et au peuple frère du Mali, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés. La même source a réitéré la solidarité du Royaume d’Arabie saoudite avec la République du Mali contre le terrorisme et l’extrémisme.

Mémé Sanogo

Source: L’Aube

MaliwebCrise malienne
L’émotion est encore forte  après l’attaque meurtrière menée vendredi 1er novembre  dernier,  contre  un poste de l’armée dans la région de Menaka. Attaque  qui a fait plus de 54 morts, dix portés disparus, selon le dernier bilan officiel. Ces tueries ont provoqué de nombreuses  réactions de condamnation à l’intérieur et...