Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général de division Salif Traoré, accompagné du gouverneur de la Région de Sikasso, Boubacar Bagayogo, s’est rendu, lundi, à Koury et à Boura, dans le cercle de Yorosso, pour rendre hommage aux victimes et conforter le moral des agents des services de sécurité des deux localités qui ont été attaquées, dimanche, par des assaillants non identifiés, a constaté l’AMAP.

Le ministre et sa suite ont visité, successivement, les postes de Koury et de Boura où ils ont pu constater les impacts de balles sur les murs et les battants.

Ces individus non identifiés ont attaqué, simultanément, avec des armes de guerre, le poste mixte de contrôle de Koury, aux environs de 23 h, et la  localité de Boura, située à 27 kilomètres de la frontière du Mali et du Burkina Faso. Le bilan de l’attaque du poste de Koury est de sept morts dont deux gendarmes, un contrôleur des douanes et quatre civils. Parmi les civils il y a deux chauffeurs de nationalité ghanéenne, arrivés au poste de Koury au moment des tirs, un convoyeur malien et un bénévole des Douanes.

Les éléments de la garde nationale, qui sécurisent la localité de Boura, ont opposé une résistance farouche aux assaillants pendant 3 heures de combat. Ils ont cependant enregistré un blessé léger au cours des tirs.

Le MDL/chef Daouda Raphael Diallo, un survivant de l’attaque de Koury, a donné des explications détaillées sur cette agression meurtrière survenue le jour de la foire hebdomadaire de la localité. Selon lui, des motocyclistes, que les agents ont pris pour des forains, se sont garés non loin du poste.

« Quelques instants, précise-t-il, ils se sont déployés dans les broussailles autour des agents avant d’ouvrir le feu sur le poste avec des armes de guerre ». Les douilles de balles retrouvées sur place sont la preuve que les assaillants possédaient des armes plus perfectionnées que celles des agents maliens, selon les spécialistes. Après leur forfait, les terroristes se sont dissimulés dans la nature, à la faveur de la nuit.

Le gouverneur de Sikasso a invité les populations à coopérer avec les services de sécurité, en leur donnant le maximum d’informations sur tous les cas suspects qu’elles constateront dans leur entourage. « Comment comprendre que des individus, aussi lourdement armés, puissent passer, de villages en villages, sans que personne ne s’en aperçoive ? », s’est interrogé M. Bagayogo qui a invité tous les citoyens à s’engager dans la lutte contre le terrorisme, en dénonçant les comportements suspects.

Quant au ministre de la Sécurité et de la Protection civile, il a déclaré que sa présence sur les deux sites des attaques, avec sa suite, s’inscrivait dans le cadre du soutien du gouvernement aux Forces de sécurité, après cette tragédie.  Pour  lui, la menace dont on parle est une réalité. « C’est pourquoi a-t-il poursuivi, le gouvernement continue d’équiper et de former les forces armées et de sécurité pour le maillage de l’ensemble du territoire, même si la sécurité à 100% n’existe pas ».

« Nous avons besoin du concours et de l’accompagnement de tous les citoyens qui doivent aider les services de sécurité, en fournissant les informations en temps réel », a-t-il dit.

Le ministre, tout comme le gouverneur de la Région de Sikasso, a rendu hommage aux victimes et souhaité prompt rétablissement aux blessés. Il a félicité les agents de la Garde nationale qui ont mis les assaillants en déroute à Boura, après trois heures de combat.

Le ministre a rassuré les services de sécurité du renforcement progressif de leurs capacités sur l’ensemble du territoire national.

FD/AYG/MD 

Source: AMAP

MaliwebCrise malienne
Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général de division Salif Traoré, accompagné du gouverneur de la Région de Sikasso, Boubacar Bagayogo, s’est rendu, lundi, à Koury et à Boura, dans le cercle de Yorosso, pour rendre hommage aux victimes et conforter le moral des...