Le vendredi 15 mars 2019, dans une correspondance adressée au ministre de la cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation Lassine Bouaré, la Coordination des Mouvements de l’Azawad(CMA) annonce sa suspension des différents cadres de concertation au Mali.

L’ex mouvement rebelle, signataire de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu des pourparlers d’Alger, dénonce le fait que « des dispositions intimement liées au processus de paix et de réconciliation nationale sont prises en dehors du cadre consensuel institué d’un commun accord.» Comme preuve de cette gestion solitaire des autorités maliennes, la CMA avance : « les récentes décisions unilatérales de création de bataillons d’unités spéciales arrêté sous N° 0532/MDAC du 08-3-2019 dont les contours ont été esquissées dans le relevé des conclusions au cours de l’atelier de Haut niveau tenu en décembre 2018, et le Décret N°2019-200/ P.RM du 08-3-2019 instituant une opération dénommée DAMBE engageant le redéploiement des forces armées non encore reconstituées contrairement à la lettre et à l’esprit de l’Accord issu du processus d’Alger et du Cessez-le-feu du 23 mai 2014 sous l’égide de l’Union Africaine. » C’est fort de ce constat que la CMA notifie au ministre Lassine Bouaré sa suspension du cadre de concertation dont il pilote et aussi du cadre de concertation nationale initié par le ministre de l’administration territoriale et ce jusqu’au rétablissement des exigences qui ont concourues à leur création initiale.

Source: Le Républicain

MaliwebCrise malienneMalijet
Le vendredi 15 mars 2019, dans une correspondance adressée au ministre de la cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation Lassine Bouaré, la Coordination des Mouvements de l’Azawad(CMA) annonce sa suspension des différents cadres de concertation au Mali. L’ex mouvement rebelle, signataire de l’Accord pour la paix et...