Face à la pression et à l’exigence de l’apprentissage coranique par des groupes armés, toutes les écoles de la commune de Koulogon, Baye, Sokoura et Ouankoro dans le cercle de Bankass (région de Mopti) ont été fermées. Des enseignants et les administrateurs ont abandonné plusieurs localités de ces zones. Des milliers d’enfants sont dans la rue à cause des menaces terroristes.

 

En effet, depuis, la rentrée académique 2019-2020, les écoles de plusieurs Communes du cercle de Bankass sont fermées. Les bandits armés très actifs dans ces localités ont exigé l’apprentissage coranique (Medersa) dans les écoles. Une situation très préoccupante qui interpelle les autorités maliennes à prendre des mesures possibles afin que ces enfants puissent jouir de leurs droits.

Selon des sources locales, depuis la rentrée scolaire de cette année, les djihadistes livrent une chasse contre les écoles dites classiques. Profitant souvent de l’absence des forces armées, les groupes armés brulent les écoles, menacent le personnel enseignant, diffusent (dans les mosquées) des messages de propagande et réclament la fermeture des écoles classiques au profit des écoles coraniques (Medersa).

« La reprise des cours est conditionnée à l’apprentissage du Coran. Toute personne qui tentera nous trouvera sur son chemin », ont-ils menacé. Aussi, ajoutent nos sources, « suite à ces menaces réelles, tous les enseignants de ces Communes sont contraints d’abandonner leurs postes. Les écoles sont plus affectées dans les Centre (…)

Abdoul Karim SANOGO

NOUVEL HORIZON

MaliwebCrise malienneSociété
Face à la pression et à l’exigence de l’apprentissage coranique par des groupes armés, toutes les écoles de la commune de Koulogon, Baye, Sokoura et Ouankoro dans le cercle de Bankass (région de Mopti) ont été fermées. Des enseignants et les administrateurs ont abandonné plusieurs localités de ces zones....