Après l’avènement du décret n° 0349/P-RM du 29 mai 2019 fixant son organisation et les modalités de son fonctionnement, le conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM) tient depuis hier, à la direction de la justice militaire, sa première session ordinaire.
L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du ministre de la Défense et des Anciens combattants, le général Ibrahima Fané en présence du chef d’état-major général des Armées, le général Abdoulaye Coulibaly, des officiers et sous-officiers.
Durant trois jours, les participants sont invités à mettre en place les différents bureaux, procéder à l’examen des textes relatifs au recrutement, à la notation, aux positions statutaires ainsi qu’aux engagements et réengagements.


L’occasion s’offre donc aux participants de rédiger de nouvelles pages pour l’Armée. À cet effet, le représentant du ministre de la Défense et des Anciens combattants a exhorté les participants à faire preuve d’assiduité, de rigueur dans les réflexions et de clairvoyance dans les analyses, afin d’aboutir à des résultats à la hauteur des attentes.

Par ailleurs, Ibrahima Fané a rappelé que le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, en sa qualité de chef suprême des Armées, a placé au centre de ses priorités la question sécuritaire ainsi que les hommes et les femmes qui ont en charge sa gestion. Cette volonté du chef de l’État, selon le général Fané, se concrétise par l’amélioration des capacités opérationnelles des forces armées, les mesures de réarmement moral, le renforcement quantitatif et qualitatif des effectifs. S’y ajoute la mise en condition des militaires et de leurs familles, avec un accent particulier sur celles des soldats décédés au combat.
Toujours selon le représentant du ministre de la Défense, les avantages accordés par le statut général des militaires, l’adoption de la 1ère Loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM), la création des structures telles que la Fondation pour la solidarité et l’Office national des pupilles de la nation témoignent de cette volonté à mettre le militaire au cœur des préoccupations.
«Tous ces engagements s’inscrivent dans le grand chantier de réformes structurelles et organisationnelles au nombre desquelles la mise en place des organes du Conseil supérieur de la fonction militaire», a expliqué Ibrahima Fané.
Il convient de rappeler que le Conseil supérieur de la fonction militaire est l’organe consultatif qui exprime son avis sur les questions relatives aux conditions de vie, aux statuts et règlements des personnels militaires.

Bembablin DOUMBIA

Source: Journal l’Essor-Mali

MaliwebCrise malienne
Après l’avènement du décret n° 0349/P-RM du 29 mai 2019 fixant son organisation et les modalités de son fonctionnement, le conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM) tient depuis hier, à la direction de la justice militaire, sa première session ordinaire. L’ouverture des travaux était présidée par le représentant du...