Pour alléger sa présence, la France mise beaucoup sur le déploiement d’unités d’élite européennes au sein de la nouvelle force Takuba, chargée d’accompagner l’armée malienne au combat.

 

Créé à l’initiative de Paris, ce groupement de forces spéciales qui rassemble aujourd’hui Français, Estoniens et Tchèques, est le « signe d’une prise de conscience grandissante des enjeux sahéliens qui sont cruciaux pour toute l’Europe », a fait valoir récemment le président français.

Mais « le cap reste inchangé », a assuré le chef d’État, en évoquant l’objectif de « stabilité » du Sahel et la « victoire contre les terroristes ». De façon concrète, Le Point rapporte que Paris doit officialiser cette première vague de retrait à l’occasion du prochain sommet avec les pays du G5 Sahel « programmé à N’Djamena pour les 15 et 16 février », a indiqué l’Élysée, précisant que le président s’y rendrait si le contexte sanitaire le permettait. « Le sommet aura lieu en présentiel ou en visioconférence, avec les partenaires du G5, les partenaires européens, les institutions européennes engagées. Les Américains sont intéressés par l’exercice ».

Source: lepoint.fr Avec Journal du Mali

MaliwebCoopérationCrise malienne
Pour alléger sa présence, la France mise beaucoup sur le déploiement d'unités d'élite européennes au sein de la nouvelle force Takuba, chargée d'accompagner l'armée malienne au combat.   Créé à l'initiative de Paris, ce groupement de forces spéciales qui rassemble aujourd'hui Français, Estoniens et Tchèques, est le « signe d'une prise de...