Des éléments de la CMFPR2 (Coordination des Mouvements et Forces Patriotiques) présents dans la région de Mopti menacent de « faire échouer » le processus de DDR au Centre. Ils dénoncent leur « mise à l’écart de ce DDR ». Une sortie « surprenante » pour le Coordinateur du DDR au Centre, mais aussi pour les responsables de la CMFPR2. Cette grogne intervient au moment où à Souffroulaye des dizaines de combattants ont déjà été cantonnés.

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. Des éléments en armes se réclamant de la Coordination des mouvements et forces patriotiques pour la résistance, CMFPR 2, menacent de se révolter. Ces combattants affirment avoir été « exclus » du processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion pour le Centre. Surpris par cette sortie, le Coordinateur pour le DDR au Centre, a déclaré que tous les mouvements armés du Centre et du Nord ont été associés à ce processus. « Je dis aux éléments, revendiquez ce qui vous appartient, et non ce qui ne vous appartient pas. Tous ceux que vous revendiquez doit être dans le cadre de l’accord, parce que vous êtes parmi ceux qui ont signé l’accord », nous explique le Colonel Oumar Dicko. Et le chef du DDR d’ajouter : « Celui qui a signé un accord ne doit pas le violer ». « Souffroulaye, vous oubliez, ça ne vous concerne pas, poursuit-il. Réellement ça ne nous concerne pas. On leur à dit clairement ». Le colonel Dicko rassure par ailleurs : « Nous sommes arrivés quand même à les calmer pour que ça se limite seulement à la vidéo. Parce que leur idée générale n’était pas ça. Il faut les désarmer et trouver des personnes qui répondent réellement aux critères de l’armée les intégrés. Ceux qui ne répondent pas aux critères de l’armée les mettre là où il mérite. »
Du côté de la CMFPR2, les responsables affirment qu’il s’agit d’un « malentendu ». Selon eux, ces éléments ont décidé délibérément de faire cette vidéo, sans jamais aviser la hiérarchie, explique Youssouf Alhousseïny Touré vice-président du groupe d’auto-défense. « Le 9 octobre 2019, le président de la Commission nationale du DDR, Zahabi, était personnellement à Mopti avec moi. Nous avons tenu une réunion. Il y avait la CMA et la Plateforme. Donc les éléments de la CMFR2 peuvent être dans l’un des groupes. Chacun a donné son avis par rapport à la question », explique le responsable de la CMFPR2. Selon Youssouf Alhousseïny Touré, « les mouvements signataires ont dit qu’ils s’en tiennent aux instructions de notre hiérarchie de Bamako. « Et puisse que nous sommes signataires, nous pensons que nous ne sommes pas concernés, poursuit M. Touré. Cependant, renchérit-il, le ministre Zahabi est allé encore plus loin pour leur dire même si vous ne participez pas tout de suite, il sera bon que vous ayez des représentants ». « C’est ainsi qu’on a eu quatre éléments, soient deux de la CMA et deux de la Plateforme, ajoutez à ceux des milices et des groupes d’auto-défenses. Ils ont participé à toutes les opérations de streaming. Donc je suis surpris de voir toutes ces vidéos », tranche le vice-président de la CMFP2.
Toutefois, le Coordinateur du DDR demande aux ex-combattants d’être « patients ». Selon le colonel Dicko, « la 2ème phase, qui comporte 750 éléments va débuter en février prochain.

Studio Tamani

MaliwebCrise malienneNord-Mali
Des éléments de la CMFPR2 (Coordination des Mouvements et Forces Patriotiques) présents dans la région de Mopti menacent de « faire échouer » le processus de DDR au Centre. Ils dénoncent leur « mise à l'écart de ce DDR ». Une sortie « surprenante » pour le Coordinateur du...