L’Union des Jeunes Musulmans du Mali (UJMMA) claque la porte du bureau du Haut Conseil Islamique et demande par la même occasion au guide spirituel Chérif Ousmane Madani Haïdara, 2ème vice président, de ne plus siéger dans le bureau de ladite structure dont le mandat a pris fin depuis janvier 2013.mahmoud dicko stade 26 mars imam hci

L’annonce a été faite le mercredi 22 Mai 2013, au Carrefour des Jeunes de Bamako, lors d’une conférence de presse. Pour le président de l’UJMMA, le bureau actuel du plus grand regroupement des musulmans n’a plus sa raison d’être. Il doit rendre le tablier. Mieux, a indiqué Mohamed Macky Bah, seule la tenue imminente d’un congrès, à l’issue duquel un bureau légal sera mis en place, permettra à la communauté musulmane de parler d’une et une seule voix.

Le motif est tout simple, a également expliqué M. Bah. Il s’agit selon lui de respecter seulement une disposition statutaire de l’organisation, en son article 57, qui stipule que les membres de tout organe du Haut Conseil Islamique, dont le mandat sera arrivé à expiration sont déchus de tous leurs droits, titres et prérogatives. Raison pour laquelle, a poursuivi Mohamed Macky Bah, les décisions prises par ceux qui s’accrochent toujours à leurs postes dans l’illégalité sont nulles et de nul effet.

Dans un communiqué élaboré pour la circonstance, l’UJMMA dit attirer l’attention des autorités du Mali sur le fait que certaines personnes sont, depuis un certain temps, en train de circuler dans les quartiers du district de Bamako ainsi que dans les régions, avec le mandat du président du Haut Conseil Islamique Mahamoud Dicko, pour la mise en place de comités politiques dans les mosquées, en vue de soutenir très prochainement un candidat à l’élection présidentielle de juillet 2013. Toute démarche qui est contraire aux missions du Haut Conseil Islamique. Et les jeunes musulmans veulent alerter les autorités sur le fait que ces activités risquent de compromettre l’avenir du pays déjà ébranlé par la crise du nord.

Le président de l’UJMA va plus loin dans son analyse : « Nous rappelons que la Commission Electorale Nationale Indépendante (C.E.N.I) est présidée par Mamadou Diamoutani, Secrétaire Général du bureau national sortant du Haut Conseil Islamique. A ce titre, nous estimons qu’en tant que structure d’interface des musulmans du Mali, le Haut Conseil doit rester neutre. Elle ne doit ni choisir, ni soutenir ou encore moins donner des consignes de vote au nom de l’islam ».

L’UJMMA, aux dires de son Président, s’est retiré du bureau du Haut Conseil Islamique et, par la même occasion, demande également à Chérif Ousmane Madani Haïdara de quitter, car en restant membre d’un bureau qui refuse de tenir un congrès, sous prétexte de l’état d’urgence que connait le pays, serait synonyme de cautionner l’illégalité.

Enfin et toujours, dans le communiqué de presse, l’UJMMA appelle toute la communauté musulmane, ainsi que tous les dirigeants, à prendre des dispositions adéquates pour le renouvellement des organes du Haut Conseil Islamique, avant l’organisation de l’élection présidentielle du 28 juillet 2013.

Siaka Z. Traoré

Source: Le Guido