Rassurer l’opinion publique nationale et internationale sur la détermination des Forces armées maliennes (FAMa) à protéger les personnes et leurs biens et celle du commandement militaire à faire la lumière sur les incidents survenus du 3 au 6 juin à Niangassadiou, Binedama et Massabougou dans les Régions de Ségou et Mopti. Tels étaient les principaux objectifs d’un point de presse essentiellement animé par le directeur de l’information et des relations publiques des Armées, colonel-major Diarran Koné, vendredi dernier dans les locaux de la DIRPA. Il était accompagné du sous-chef d’état-major chargé des opérations à l’état-major général des armées, le colonel-major Yacouba Sanogo et du conseiller juridique auprès du chef d’état-major général des Armées (CEMGA), le magistrat-colonel Patrice Dembélé.

Ces exactions mettant en cause trois détachements FAMa du Théâtre centre de l’opération Maliko circulent sur les réseaux sociaux. Dès l’annonce des allégations, précisent les conférenciers, le commandement a fait suspendre les opérations qui étaient en cours dans les zones concernées. Selon le magistrat-colonel Patrice Dembélé, en dépit des armes et munitions récupérées dans les localités citées respectivement, les unités en cause ont été immédiatement rappelées et leurs responsables convoqués pour être entendus. Il leur a été aussi instruit de produire leur rapport circonstancié.

Le 6 juin 2020, a rappelé le conseiller juridique du CEMGA, le commandant du Théâtre centre a instruit les commandants des légions de gendarmerie de Mopti et de Ségou l’ouverture d’une enquête sur les faits intervenus dans leurs zones de compétence respectives.
Le 10 juin, l’état-major général des armées a dépêché des commissions d’enquête de commandement sur le terrain. « Pour le moment, les missions d’enquête n’ont pas relevé d’exactions même si des manquements de consignes militaires ont été notés dans le secteur 5 », a confié le colonel-magistrat. Toutefois, tempèrera-t-il, des sanctions disciplinaires ont été prononcées comme mesures conservatoires en attendant la fin des enquêtes.

À l’issue desquelles, la saisine du ou des procureurs militaires compétents pourrait intervenir. Selon le colonel Patrice Dembélé, le respect des droits de l’Homme et la protection de la population sont au cœur des préoccupations des FAMa. Pour sa part, le colonel-major Diarran Koné retient la volonté des autorités militaires à faire respecter les droits de l’Homme dans la conduite des opérations. Il a invité à la vigilance notamment dans un environnement terroriste avec beaucoup d’acteurs criminels dont la marque de fabrique emprunte les chemins de la perfidie.

Aboubacar TRAORÉ

Source: Journal l’Essor- Mali

MaliwebCrise maliennemaliweb
Rassurer l’opinion publique nationale et internationale sur la détermination des Forces armées maliennes (FAMa) à protéger les personnes et leurs biens et celle du commandement militaire à faire la lumière sur les incidents survenus du 3 au 6 juin à Niangassadiou, Binedama et Massabougou dans les Régions de Ségou...