Les premières semaines du mois de novembre ont été marquées par une opération d’envergure menée par la Force conjointe du G5 Sahel, conjointement, avec les armées du Burkina Faso, du Mali et du Niger, dans le Gourma, qui a permis de neutraliser 25 terroristes, annonce un communiqué du G5 Sahel.

L’opération, dont le but était de traquer les groupes armés terroristes et les déloger de leurs zones de refuge, de transit et de stockage, a, aussi, permis de détruire 64 motos et de récupérer 2 véhicules, « portant ainsi un grand coup à la mobilité des groupes armés terroristes ». Elle a permis également de saisir des armes, une importante quantité de munitions, une centaine de téléphones, de faire la découverte d’un dépôt de carburant et d’un atelier de fabrication d’engins explosifs improvisés qui ont été détruits

Cette opération a mobilisé plus de 1.400 hommes, d’importants moyens terrestres et aériens.  Elle «  a été un franc succès » ,et « suscité l’engagement ferme et sans précédent de toutes les parties prenantes ».

Selon le communiqué, cette opération arrive juste après celle effectuée dans le fuseau Est, à la frontière Nord entre le Niger et le Tchad, dans la première quinzaine du mois d’octobre, et qui a aussi capitalisé d’importants résultats. « Cela prouve l’engagement et la détermination de la Force conjointe du G5 Sahel à mener sa mission de lutte contre le terrorisme et le crime organisé qui gangrènent et endeuillent notre espace sahélien commun ».

L’opération intervient, également, après une autre menée, conjointement, par les Forces armées maliennes (FAMa) et la Force Barkhane dans la même localité.

Pour rappel, afin de gagner leur lutte commune contre les groupes armés terroristes, les FAMa et la Force Barkhane mènent des opérations ensemble dans le Gourma à travers un partenariat militaire opérationnel. « C’est un cadre de partage d’expériences entre les deux partenaires qui a déjà produit de bons résultats. Il a permis de désorganiser les groupes terroristes et  de les couper de leurs sources d’approvisionnement », précise l’Armée malienne dans un communiqué. « Ces opérations ont permis de perturber de manière significative, les réseaux terroristes et d’affaiblir leur potentiel offensif,  mais aussi de saisir des motos et de l’armement », ajoute la même source.

L’opération menée durant les deux premières semaines de ce mois de novembre par la Force conjointe du G5 Sahel intervient, seulement, deux semaines après la visite de la ministre française des Armées, Florence Parly, dans certains pays du Sahel dont le Mali où elle avait rencontré les chefs d’Etat. Au Burkina Faso où elle a eu un entretien avec le président Roch Marc Christian Kaboré dont le pays fait aujourd’hui face aux mêmes défis sécuritaires que le Mali, elle avait lancé une opération militaire dénommée ‘’Bourgou 4’’.

Il s’agit d’une opération conduite par la Force Barkhane dans les zones frontalières entre le Mali, le Burkina et le Niger avec la participation des Forces armées de ces trois pays. Après le Burkina Faso, Florence Parly s’est rendue au Mali où elle avait été reçue par le chef de l’Etat.

A sa sortie d’audience, elle  a déclaré avoir fait part au président Keïta du souhait de la France de renforcer son appui au Mali.

Mme Parly avait, aussi, parlé de la Force conjointe du G5 Sahel qui a repris ses opérations et qui va désormais pouvoir constituer un véritable point d’appui pour les Forces armées  maliennes.

DD/MD

Source: AMAP

MaliwebCoopérationCrise malienne
 Les premières semaines du mois de novembre ont été marquées par une opération d’envergure menée par la Force conjointe du G5 Sahel, conjointement, avec les armées du Burkina Faso, du Mali et du Niger, dans le Gourma, qui a permis de neutraliser 25 terroristes, annonce un communiqué du G5...