diango cissoko tieman hubert coulibaly laurent fabius

Le ministre malien des Affaires étrangères, Tieman Hubert Coulibaly, n’a pas supporté d’être exclu d’un huis-clos entre son homologue français, Laurent Fabius, et le président de la transition, Dioncounda Traoré, à Bamako le 5 avril.

Au Mali, la nouvelle de sa démission a vite été démentie, mais Diango Cissoko, le Premier ministre, a bel et bien failli rendre son tablier au cours du week-end du 6 avril. À cause d’un coup d’éclat de Tieman Hubert Coulibaly, son ministre des Affaires étrangères – un proche de Dioncounda Traoré, le président de la transition. L’incident a eu lieu trois jours auparavant, pendant la visite à Bamako de Laurent Fabius. Vexé de ne pas être admis à assister au huis clos entre le chef de la diplomatie française et Cissoko, Coulibaly a bruyamment manifesté sa colère dans l’antichambre du Premier ministre, puis abandonné Laurent Fabius à son sort, alors que les deux hommes étaient arrivés dans le même véhicule ! Mortifié, le Premier ministre a réclamé la tête de Coulibaly, mais, le président lui ayant présenté des excuses, il a été contraint d’y renoncer. « On a frôlé l’incident diplomatique, raconte un haut fonctionnaire. Mais le pire est qu’il n’y a pas eu de sanction. Coulibaly va se sentir tout-puissant ! »

 

Source: Jeune Afrique