Ce devait être une fête, mais la mort en opération de 13 militaires français, dont quatre du 4e Régiment de chasseurs, a changé le sens du rendez-vous ce jeudi 5 décembre à Gap. Maintenue, la cérémonie a pris la forme d’un remerciement aux militaires du “4” par la ville de Gap qui a témoigné de son attachement.

La lumière crépusculaire qui enveloppait, jeudi soir, la place Desmichels de Gap a contribué à l’atmosphère de recueillement partagée entre les Gapençais et la communauté de Clermont-Prince. Cette prise d’armes, présidée par le général Benoît Houssay, gouverneur militaire de Marseille, et imaginée à l’origine sur le thème “Nos soldats sont de retour dans leur ville”, a été dominée par l’émotion suscitée par la perte de quatre soldats du 4e   Régiment de chasseurs (Rch) le 25 novembre dernier. Commandos-montagne (Gcm) morts au combat dans le Liptako malien, le chef d’escadron Romain Chomel de Jarnieu, l’adjudant Alexandre Protin et les maréchaux des logis-chefs Antoine Serre et Valentin Duval ne sont pas rentrés de mission.

De multiples hommages

Dès les premières heures, la ville de Gap s’était associée à la tristesse des militaires. Au quartier général Guillaume d’abord avec la visite de son maire, puis à Paris, dans la cour d’honneur des Invalides, avec la présence d’écoliers gapençais, ou encore mardi soir, dans l’enceinte de l’Alp’Arena où joueurs de Ligue Magnus et militaires du “4” se sont rassemblés sur la glace pour une vibrante minute d’applaudissements.

« Ils nous aident à nous relever »

« Je me souviens de cette minute de silence poignante à l’hôtel de ville. Les témoignages de soutien des Gapençais nous ont touchés et donnent du sens à notre action. Ils nous aident à nous relever. Il n’y avait pas de raison d’annuler. Ce soir, c’est l’occasion, dans un esprit de rassemblement et de gravité, de remercier les Gapençais qui nous entourent au quotidien », a confié Nicolas de Chilly, chef de corps du 4e Rch, en marge du défilé.

Des centaines de Gapençais se sont pressés rue Carnot puis place Desmichels pour la cérémonie. Une cérémonie qui a vu la dissolution du Groupement désert Edelweiss et les décorations de six soldats valeureux de l’opération Barkhane, mais qui s’est suspendue lorsque les membres du Gcm sont sortis des rangs et sont venus se placer autour des portraits de leurs camarades morts en opération. « Vous avez fait honneur à la 27e Brigade d’infanterie de montagne et à toute l’armée de Terre […]. Vous êtes des modèles de service des autres et d’abnégation », a souligné le général Pierre-Joseph Givre, patron de la 27e Bim, avant de désigner leur nouveau chef.

SourceLa Dauphiné

MaliwebCrise malienne
Ce devait être une fête, mais la mort en opération de 13 militaires français, dont quatre du 4e Régiment de chasseurs, a changé le sens du rendez-vous ce jeudi 5 décembre à Gap. Maintenue, la cérémonie a pris la forme d’un remerciement aux militaires du “4” par la ville...