En moins de trois semaines aux affaires, Abdoulaye Idrissa Maiga a démenti tant de pronostics et contredits tant d’oiseaux de mauvais augure. Avec la résolution des crises maliennes, il confirme une nouvelle dynamique gouvernementale.

issiaka sidibe president assemblee nationale abdoulaye idrissa maiga premier ministre

A la surprise Générale, le bras-de-fer opposant la FEMAFOOT à sa tutelle a pris fin. Durant plus de trois jours, en effet, des rencontres allant de 18 H à minuit ont confronté l’ensemble des protagonistes avant de déboucher sur des résultats. Finalement, Boubacar Baba Diarra réintègre son fauteuil au prix d’une annulation des décisions du ministre qui remplacent la Femafoot par la CONOR. Le retour à la normale est à mettre au compte de la nouvelle équipe gouvernementale qui décante les tensions dans le pays les unes après les autres.

Depuis trois longues années, en effet, les acteurs du football étaient à couteaux tirés et la situation n’a fait que se dégénérer. Plusieurs tentatives de médiations dont celle du Président de l’Assemblée Nationale n’ont pas comblé les attentes. A plus de deux reprises, le chef de l’Etat en personne a failli descendre dans l’arène en insistant sur l’union sacrée dans la famille du sport roi. Mais il fallait tout simplement confier la tâche à l’actuel PM pour parvenir aux mêmes résultats engrangés sur le front social.

En effet, une semaine auparavant, AIM avait réussi à mettre un terme cette une autre crise qui avait fortement éprouvée le pays : celle des acteurs de la santé. Cette grève qui fut en partie à l’origine du départ du gouvernement sortant a été contenue.

En moins d’un mois de fonction, en définitive, Abdoulaye Idrissa Maiga brave le pessimisme collectif, mais la confirmation de ses performances passera sans doute par une victoire dans un autre bras-de-fer à décanter : celui des syndicats de l’éducation. La situation s’annonce ardue car des travailleurs comme ceux du SNESUP restent campés sur leur position dénonçant la mauvaise foi de la tutelle dirigée par Raky Talla. Prudence étant mère de sureté, on attend de voir ce qu’il en sera au 3ème round des négociations. En attendant l’accalmie du front social reste l’une des priorités phares du assignée au nouveau Premier Ministre, qui a sans doute tiré les enseignements nécessaires des échecs de son prédécesseur.

La Rédaction

Par Le Témoin

MaliwebCrise maliennemaliwebmaliweb net
En moins de trois semaines aux affaires, Abdoulaye Idrissa Maiga a démenti tant de pronostics et contredits tant d’oiseaux de mauvais augure. Avec la résolution des crises maliennes, il confirme une nouvelle dynamique gouvernementale. A la surprise Générale, le bras-de-fer opposant la FEMAFOOT à sa tutelle a pris fin. Durant...